1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Les retards chroniques des trains allemands

La ponctualité est traditionnellement de rigueur en Allemagne. Pourtant c'est l'un des pays où les trains sont les plus souvent en retard. Réseau saturé et vétuste, effectifs réduits sont à l'origine de cette maladie chronique dont souffrent les chemins de fers allemands. 30% des trains longues distances n'arrivent pas à l'heure.

Un panneau indicateur de la gare de Cologne indique le retard d'un train

Un panneau indicateur de la gare de Cologne indique le retard d'un train

C'est le cauchemar du lundi et du vendredi dans les gares allemandes. Deux journées noires où rien ne va plus sur le réseau des chemins de fers. Des trains qui n'arrivent pas. Des correspondances ratées. Des rendez-vous manqués. Il n'est pas rare qu'un train enregistre 30 à 45 minutes de retard, quand il n'est pas tout simplement supprimé. Tout le monde a vécu cela un jour ou l'autre en Allemagne où l'exactitude n'est plus la politesse du rail. Klaus Gross, l'un des responsables de l'association de défense des usagers Pro-Bahn.

30% des trains longues distances ont en moyenne plus de 5 minutes de retard selon des chiffres inofficiels. A la direction de la Deutsche Bahn, la compagnie des chemins de fers allemands, on conteste naturellement ce chiffre. Hans-Georg Zimmermann, porte parole du réseau.

« Je ne pense pas que les chemins de fers allemands soient victimes d'une maladie chronique. En 2004 et 2005 nous avons atteint un taux de ponctualité de l'ordre de plus de 90% pour le transport des voyageurs. C'est aussi notre objectif pour cette année. Chaque jour plus de 30 000 trains circulent sur un réseau très dense et à des cadences rapprochées. Donc avec 90% de ponctualité on ne peut pas parler de maladie chronique. »

Pourtant les chemins de fers allemands souffrent d'un déficit structurel important. Surtout dans l'ouest du pays où le réseau est saturé et usagé nécessitant des travaux d'entretien ou de réparation qui ralentissent le trafic. Hans Georg Zimmermann.

« Cette année 2006 a été une année particulière pour le réseau. L'hiver a été très long. D'importants travaux de modernisation des lignes ont été entrepris. Mais ils ont dû s'arrêter pendant la coupe du monde de football. Nous avons dû affronter ensuite la canicule. Tout cela nous oblige actuellement à rattraper des chantiers non terminés. Ce qui peut conduire à quelques retards de trains que nous déplorons auprès de notre clientèle. »

Née de la fusion en 1994 des chemins de fers Est et Ouest-allemands, la Deutsche Bahn a engagé, depuis, une vaste restructuration avec diminution des effectifs. Ce qui n'est pas sans conséquence sur la qualité du service public estime Klaus Gross, de l'association pour la protection des usagers des chemins de fers.

« Personnellement je n'ai rien contre le projet d'entrée en bourse des chemins de fers allemands. Le problème c'est que la compagnie fait des économies drastiques partout, afin de réaliser de confortables bénéfices en vue de cette introduction boursière. Et cela ne se fait pas dans l'intérêt des voyageurs. Il faudrait faire intervenir les responsables politiques. »

Même si les trains continuent d'arriver en retard, cela n'empêche pas la Deutsche Bahn d'engranger des gains records : 1,5 milliards d'euros cette année. Ce qui devrait favoriser l'entrée en bourse et la privatisation partielle des chemins de fers allemands d'ici 2008.

  • Date 07.11.2006
  • Auteur Patrice Cuvier
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2rq
  • Date 07.11.2006
  • Auteur Patrice Cuvier
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2rq