1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les pourparlers d’Addis-Abeba se poursuivent

Les émissaires du gouvernement sud-soudanais et ceux de l'ex-vice-président Riek Machar poursuivent leurs discussions en Ethiopie. Au deuxième jour de ces pourparlers, aucune grande avancée n'est encore enregistrée.

Les pourparlers devraient durer avant qu'un accord soit trouvé

Les pourparlers devraient durer avant qu'un accord soit trouvé

Deux principaux points au menu des discussions restent toujours épineux en ce qui concerne ces pourparlers d'Addis-Abeba : la mise en place d'un cessez-le-feu et la libération de prisonniers proches de l'ex-vice-président Riek Machar. Ces deux points doivent être débloqués avant qu'on puisse visiblement assister à une avancée en ce qui concerne ces discussions.

Selon le ministre sud-soudanais de l'Information, Michael Makuei une rencontre a justement eu lieu mardi matin durant laquelle la partie gouvernementale a présenté deux documents sur ces points. Il a précisé par ailleurs qu'une partie de la délégation gouvernementale est retournée à Juba pour des consultations avant la reprise des pourparlers directs.

Optimisme affiché

Les deux camps disent être convaincus de parvenir à la réconciliation pour le bien de la population sud-soudanaise. Il faut dire que les affrontements qui les opposent ont jusqu'à présent fait au moins un millier de morts et 200.000 déplacés. Pour Seidick Abba, journaliste à l'Agence panafricaine de presse, chacune des parties cherchent à être en position de force avant un éventuel accord.

Malgré les discussions d'Addis-Abeba, les affrontements se poursuivent sur le terrain

Malgré les discussions d'Addis-Abeba, les affrontements se poursuivent sur le terrain

« Les discussions vont être très serrées parce qu'il y a une question de partage du pouvoir derrière tout cela. Donc ce n'est pas évident qu'elles connaissent un succès. Je pense qu'ils vont suspendre les discussions pour revenir à un second round. Pour cette phase, ils ne pourront pas obtenir de résultats. La question du cessez le feu ne peut pas être obtenue facilement et si on n'obtient pas le cessez-le-feu, la question de la libération des prisonniers ne peut pas non plus être résolue parce que chacun des camps cherche à être en position de force pour que, demain s'il y a un accord, que ce soit lui qui impose son agenda, qui impose son point de vue. »

Les affrontements continuent

Sur le terrain, les combats se sont intensifiés ce weekend et se sont poursuivis lundi au Soudan du Sud. Des affrontements signalés notamment à Bor, la capitale de l'Etat du Jonglei que l'armée sud-soudanaise tente de reprendre aux rebelles. Ce mardi, les forces pro-gouvernementales sud-soudanaises ont affirmées qu'elles continuaient à avancer sur cette ville stratégique.

La situation humanitaire est quant à elle de plus en plus préoccupante. Selon l'organisation Médecins sans frontières, les besoins sanitaires sont désormais proche du seuil d'urgence. Les violences ont déjà fait des milliers de morts et près de 200.000 déplacés. Des déplacés qui s'entassent dans des camps surchargés et dans des conditions sanitaires déplorables. Patricia Huon s'est rendue dans un de ces camps à Juba. Reportage.

Écouter l'audio 01:35

« Il faut que les deux camps se parlent et trouvent un accord. C'est très important pour le pays. »

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !