1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les Noirs de Baltimore ne décolèrent pas

La candidate à la Maison Blanche Hillary Clinton a appelé à un "rééquilibrage" du système judiciaire américain, dénonçant les violences à Baltimore et la discrimination de la police à l'encontre des Noirs.

Baltimore / Ausgangssperre / Polizei

Couvre - feu à Baltimore, Maryland, USA

Au centre des commentaires des journaux allemands ce mercredi : la colère des Noirs de Baltimore après la mort dans des circonstances non élucidées de Freddy Gray, un jeune Noir qui était détenu dans un commissariat de police.

"L'Amérique ne tire aucune leçon de ses fautes: ni après Ferguson, ni après Baltimore. Les Etats-Unis n‘ont plus la force nécessaire pour se réformer, estime le quotidien de Berlin Der Tagesspiegel. Que ce soit dans le domaine de la politique intérieure ou dans celui de la politique étrangère, le président Obama a affaire à un Etat divisé. Même sur des principes fondamentaux comme sur une cohabitation des Noirs et des Blancs, un accord ne semble pas possible. Si l'explosion de violence ne s'est pas produite de manière inattendue, la véhémence des jeunes protestataires dans les rues de Baltimore a de quoi surprendre, note le journal. Après chaque mort, leur sentiment augmente d'être des laissés pour compte de la société américaine…"

USA Baltimore nach Ausschreitungen - Gouverneur Larry Hogan

Le Gouverneur du Maryland, Larry Hogan à Baltimore le 29 avril

"Ce qui explose à Baltimore, c'est la frustration et le manque de perspectives de toute une génération qui depuis la plus tendre enfance a dû apprendre qu'on n'a pas besoin d'elle, qu'elle est indésirable, relève le quotidien "Neue Westfälische". Comme toujours, impuissantes, les autorités réagissent avec le répertoire standard: état d'urgence, couvre-feu, Garde Nationale, et sermons moralistes. Comme cela on rétablit -au mieux- un calme trompeur. Jusqu'au prochain Freddy Gray. Et ce qui est fatal, conclut le journal, c'est que tous le savent!“

USA Baltimore nach Ausschreitungen

Le calme semble revenue à Baltimore, mais la colère couve.

"Les Noirs pauvres sont pratiquement toujours suspects pour les policiers américains, critique la Süddeutsche Zeitung. Ces dernières quatre années à Baltimore, les victimes de violences policières ont dû être dédommagées pour un montant total de presque six millions de dollars, souvent pour multiples fractures. Bien que le pays parle depuis des mois déjà des violences policières, des policiers continuent de tuer sans que leur vie ou leur santé ne soit en danger –c'est flagrant dans les derniers cas, Garner, Scott et Gray. Ces excès sont donc liés au système. Tous les Etats américains et le gouvernement fédéral à Washington doivent rapidement corriger cet état de choses. Sinon, ce n'est pas Baltimore seulement qui brûlera ", avertit la Süddeutsche.

Autre thème: la Grèce et ses problèmes financiers

Les relations d'Athènes avec les institutions internationales et ses partenaires de l'Union européenne sont aussi problématiques. "Dans les capitales européennes, constate Die Welt, on ne peut que secouer la tête face aux nombreuses contradictions, aux promesses non tenues et aux informations confuses en provenance d‘Athènes.

L'attitude chaotique et imprévisible des gouvernants grecs lors des négociations sur les réformes à appliquer pour que la Grèce puisse continuer de bénéficier d'un soutien financier international, n'a pas forcément à voir avec de l'incompétence ou de la mauvaise volonté. Mais plutôt au fait que chacun à Athènes essaie de faire un croc -en- jambes à l'autre: le nouveau gouvernement lutte contre l'ancienne administration; Syriza, le parti de la gauche radicale au pouvoir est en opposition à son partenaire de coalition de droite, le parti Anel. Et au sein même de Syriza, différents courants se déchirent sur les réformes à entreprendre et tous sont contre l'Union européenne. Bref: un absurde chaos, conclut Die Welt, le résultat étant que personne ne sait jamais à quoi il faut s'attendre de la part d‘Athènes."

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !