Les multiples vies de la villa Ingenohl | Europe | DW | 15.08.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Les multiples vies de la villa Ingenohl

À Bonn, une villa abandonnée du 19ème siècle, au bord du Rhin, devient un lieu de culture, le temps d’une exposition d’art contemporain. Cette villa a connu plusieurs vies, et son histoire reflète le passé de l’Allemagne

La villa Ingenohl, au bord du Rhin, actuellement théâtre d'une exposition

La villa Ingenohl, au bord du Rhin, actuellement théâtre d'une exposition

La villa Ingenohl à Bonn, ancienne capitale allemande, est une grande demeure bourgeoise ; elle devient le siège d’une confrérie étudiante dans les années 20, la "Korps Saxonia", puis une annexe de la chancellerie fédérale, et enfin une crèche pour les enfants des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères.

Comme la belle au bois dormant, la villa Ingenohl se réveille d’un long sommeil. Une trentaine d’artistes venus de plusieurs pays d’Europe a installé des tableaux, sculptures, et installations sonores dans chacun de ses recoins. Ils se sont laissé inspirer par les murs défraîchis, le grand escalier d’apparat, la façade abîmée par le temps, pour créer une œuvre.

La Fondation Montag pour l’art a loué la villa à l’Etat fédéral le temps de l’exposition.

Des artistes visitant la villa Ingenohl en vue de l'exposition

Des artistes visitant la villa Ingenohl en vue de l'exposition

La villa majestueuse, de 800 m2, a été construite en 1895 pour un homme politique Prussien et sa femme, Marie Ingenohl. Cette dernière a baptisé sa nouvelle demeure de son propre nom. Le couple n’a pas eu d’enfants, et Marie Ingenohl resta seule pendant près de vingt ans, après la mort de son mari : une installation sonore, dans ce qui devait être une chambre à coucher au premier étage, fait résonner des voix d’enfants.

La villa est devenue propriété de l’Etat allemand après la seconde guerre mondiale : une annexe de la chancellerie, puis une crèche. Quand on se promène dans la villa, on découvre des détails, par exemple, des petites mains d’enfants couvertes de peinture ont laissé des marques sur un mur ; des toilettes et des lavabos ont été installés pour les enfants, à leur hauteur. Qu’un même bâtiment ait connu des fonctions si diverses fascine les artistes qui y travaillent aujourd’hui.

L'artiste Dagmar Demming prépare son installation sonore dans une ancienne chambre à coucher de la villa

L'artiste Dagmar Demming prépare son installation sonore dans une ancienne chambre à coucher de la villa

Juste en face de la villa Ingenohl a été construit, dans l’urgence des années 1950, un long bâtiment en béton qui contraste avec la façade classique de la villa. C’était pour y loger le ministère des Affaires étrangères allemand et une partie de la crèche. Il a été utilisé jusqu’au déménagement du ministère, de Bonn à Berlin, à 2004. Lui aussi est à l’abandon, lui aussi a été investi par des artistes. A l’extérieur, on trouve encore la sonnette du bureau des visas.

L’avenir de la villa Ingenohl est incertain. Propriété de l’Etat allemand, elle est classée monument historique et l’exposition ressuscite ses fantômes, jusqu'à l'automne prochain.

Un reportage à Bonn d’Elise Cannuel

Liens