Les mots qui fâchent | Vu d′Allemagne | DW | 20.01.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les mots qui fâchent

Parmi les sujets commentés dans les journaux : les discussions budgétaires en Allemagne, le retrait de la candidate bulgare à la Commission européenne, et la fréquentation assidue des cabinets médicaux par les Allemands.

default

Le budget 2010 est débattu en ce moment au Bundestag

Un quart du budget allemand est basé sur un nouvel endettement, titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Ce déficit public record, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble le qualifie d'"amer, mais nécessaire et juste d'un point de vue économique". Devant les députés, il a promis un remboursement échelonné des nouvelles dettes contractées, mais sans dire de quelle manière. La seule chose que le ministre a laissé entendre, poursuit le journal, c'est que cela ne sera pas possible sans "mesures légales" - comprenez coupes budgétaires dans les subventions publiques. Mais ces vilains mots, Wolfgang Schäuble préfère ne pas les employer.

Deutschland Arbeit Soziales Arbeitslosengeld Harz IV Bettler

La réforme de l'aide sociale en 2005 a conduit à un appauvrissement de nombreuses familles

La tageszeitung commente le sujet par une caricature qui met en scène deux mères de famille au volant de leurs poussettes : "Comment est-ce qu'ils veulent financer leurs baisses d'impôts ?" demande l'une. Réponse de l'autre : "En réduisant l'aide sociale". "Mais j'ai déjà du mal à en vivre maintenant !!", réagit la première. Réponse : "Tu vois, ça ne changera donc rien !".

La Süddeutsche Zeitung titre sur le premier anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Barack Obama, avec un portrait du président des Etats-Unis façon Andy Warhol, vêtu d'une cape de Supermann sur fond de drapeau américain. Cette représentation n'est pas une simple fantaisie d'artiste, explique le journal. L'image d'un surhomme capable de sauver le monde correspondait, il y a un an, à de réelles attentes politiques. Des attentes qui ont été en partie remplies et en partie déçues.

Rumjana Schelewa Kandidatin für die EU Kommission

Adieu drapeau européen : Roumiana Jeleva a renoncé à devenir commissaire

Le journal revient par ailleurs sur la défaite du président de la Commission européenne face au Parlement européen qui a recalé la candidate bulgare Roumiana Jeleva. Celle-ci a annoncé hier son retrait. La Süddeutsche Zeitung estime que José Manuel Barroso a fait la sourde oreille. S'il avait daigné écouter, il aurait sans doute compris à temps que les critiques envers la ministre bulgare soulignaient une incompétence que même Bruxelles ne peut pas supporter.

La Rheinische Post salue aussi le retrait forcé de Roumiana Jeleva, accusée non seulement d'incompétence mais aussi d'irrégularités financières. C'est une question de crédibilité, estime le journal. Comment un nouveau "gouvernement européen" à la réputation discutable pourrait-il rendre l'Europe plus transparente ? Comment pourrait-il de façon crédible mettre un frein aux détournements des subventions ? La défaite de Roumiana Jeleva est une victoire pour la démocratie dans l'Union européenne.

Grippeschutzimpfung

Ce ne sont pas les vaccinations contre la grippe A qui ont fait augmenter la tendance...

Pour finir, un titre que l'on retrouve en Une de la plupart des journaux : les Allemands vont en moyenne 18 fois par an chez le médecin. Ils sont les champions du monde en la matière. Sont-ils pour autant un peuple d'hypocondriaques, s'interroge Die Welt ? Non, selon le journal c'est plutôt le système qui est malade : en Allemagne, on paie un forfait de 10 euros à la première visite trimestrielle chez le médecin. Toutes les suivantes sont gratuites. Si les patients devaient payer à chaque visite, comme dans d'autres pays, cela régulerait sans doute la fréquentation des cabinets médicaux.

Auteur : Anne Le Touzé
Rédaction : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !