1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les migrants africains protestent en Israël

Plus de 10 000 migrants africains, surtout originaires du Soudan et d'Erythrée, ont encerclé mercredi le Parlement à Jérusalem pour protester contre le durcissement de la politique israélienne d'immigration.

Les migrants africains protestent depuis quatre jours en Israel pour faire respecter leurs droits.

Les migrants africains protestent depuis quatre jours en Israel pour faire respecter leurs droits.

C'est le quatrième jour de protestation de ces milliers de demandeurs d'asile africains, entrés clandestinement en Israël. Ils dénoncent le refus des autorités d'examiner leurs demandes d'asile, ainsi que le placement en rétention de centaines d'entre eux. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré que les manifestations ne "serviraient à rien".

D'après les autorités, 60 000 migrants sont entrés clandestinement en Israël. C'est beaucoup plus que ce que le pays peut accueillir d'après Emmanuel Navon. Il est professeur de relations internationales à l'université de Tel Aviv et membre du comité central du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Ils sont dans l'illégalité et Israël est dans son droit comme tout gouvernement souverain et démocratique de décider si oui ou non il faut leur accorder le statut de réfugiés politiques. Israël est un petit pays. Parce que nous sommes un pays démocratique et un pays riche, effectivement nous attirons l'immigration du continent africain qui est notre voisin. Mais Israël n'a pas la capacité économique et technique d'absorber la présence de dizaines ou de centaines ou de milliers d'immigrants illégaux, pas plus que l'Europe. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré que les manifestations ne serviraient à rien

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré que les manifestations ne "serviraient à rien"

Des violences contre les migrants

Israël a signé la Convention de l'Onu sur les réfugiés. Mais il ne la respecte pas, assure Michel Warschawski, le directeur du Centre d'information alternative. Il s'inquiète de la situation de ces migrants.

« Non seulement les travailleurs migrants mais toute personne de couleur dans certains quartiers des grandes villes, sont considérés comme une menace et doivent être en permanence en cachette, sont l'objet de violences policières voire de la part des habitants. Israël viole la question du droit des réfugiés, ce sont des gens qui ont le droit de pouvoir rester tant que leur statut de réfugié n'a pas été statué. Moi c'est en tant qu'Israélien, en tant que citoyen mais aussi en tant que juif que je me scandalise vis à vis de cette politique, qui me rappelle certains pays d'Europe dont le comportement a été scandaleux par rapport à nos grands-parents ou arrières-grands-parents. »

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés a lui-même reproché à Israël de refuser à ces migrants le statut de réfugié. Alors qu'en Europe, plus de 70% des demandeurs d'asile soudanais ou érythréens l'obtiennent, car ils ont fui des zones de conflit.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !