1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les leaders d'opinion inquiets au Niger

Au Niger, le climat socio politique se caractérise ces derniers temps par une vague d'arrestations des acteurs de la société civile et d'opposants politiques.

Ils sont acteurs de la société civile ou opposants politiques qui sont interpellés très souvent pour des propos tenus sur les médias de la place. Ali Idrissa coordonnateur du réseau pour l'observation la transparence et l'analyse budgétaire vient juste d’être libéré. Il nous dit ce que les autorités lui reprochent: "On me reproche  mes propos le samedi après l'interdiction de notre manifestation où j'avais quand même dit aux média que Mahamadou Issoufou a mis entre parenthèses la démocratie au Niger et que nous allons nous donner tous les moyens pour ramener et restaurer la démocratie les libertés individuelles et collectives dans notre pays voilà ce qu'on pense que ça peut créer ou ça peut inciter à la révolte. Quand le premier magistrat ne peut pas permettre aux citoyens d'exercer leur  droit constitutionnel la démocratie est devenue un leurre dans notre pays quand pour avoir tenu des propos on prend un citoyen on le jette en prison quand seulement un journaliste qui informe il fait son travail de journaliste  on cherche d'autres choses pour le jeter en prison la situation est grave."

Niger Niamey Opposition (DW/M. Kanta)

Des leaders de la société civile mobilisés à Niamey

Une claque à la démocratie? 

Pour Kany Abdoulaye défenseur des droits humains ces arrestations portent un coup dur à la démocratie nigerienne: "Ces arrestations pour nous relèvent de la violation du pacte international sur les droits politiques parce que simplement les opposants et même les acteurs de la société civile ont quand même un certain nombre de droits dont le droit à la manifestation dont le droit à la libre expression et dans les deux arrestations surtout ces derniers temps qui défraient la chronique c'est souvent sur la base des propos qu'ont tenus ces acteurs qu'ils ont été arrêtés de mon point de vue cela ternit l'image de ma démocratie du Niger ça   relève également tout simplement de l'intimidation aussi." 

Ali Idrissa fait partie du collectif des acteurs de la société civile ayant déposé une plainte contre X sur affaire dite des 200 milliards qui concerne la vente d'uranium par Areva et qui impliquerait des hautes personnalités nigériennes.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !