1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les législatives s'annoncent mouvementées au Sénégal

C’est le 9 juillet que débute officiellement la campagne électorale pour les élections législatives prévues à la fin du mois. Mais la tension entre pouvoir et opposition est déjà palpable dans le pays.

Écouter l'audio 02:04

"Le retour de Wade va cristalliser les positions et envenimer la situation" (Dr Mouminy Camara, enseignant à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar)

A deux jours de l’ouverture de la campagne pour les législatives, le climat politique est tendu au Sénégal. Mamadou Ndiaye est docteur en communication. Il explique les raisons de ces tensions : "Je pense qu’à ce moment-là, il faut comprendre que les acteurs politiques sont sur les nerfs, sont très tendus. Et même les populations parce qu’il y a un nombre important de Sénégalais qui n’ont pas encore reçu la pièce d’identité qui pourrait leur permettre de voter". 

Sur les murs de Dakar, les partis et coalitions de partis sont présents sur les affiches. Mais à peine collées, certaines affiches sont déchirées. Des jeunes pros Khalifa Sall ont été arrêtés puis Libérés lundi. 
Mame Moussa Faye est inquiet. Il craint une violence pendant la campagne : "Je ne le souhaite pas, mais il risque d’y avoir une violence parce que déjà, dès le début, j’ai constaté moi-même qu’il y a eu des affiches qui ont été déchirées, des jeunes ont été arrêtés à Dakar parce qu’ils collaient les affiches de Khalifa Ababacar Sall".

Le retour de Wade inquiète 

L'ancien président Abdoulaye Wade est annoncé à Dakar dans les jours à venir. Pour les observateurs, son retour ne va pas calmer la situation. C’est la position du Dr Mouminy Camara, enseignant à l’université Cheikh Anta Diop : "Personnellement je pense que le retour de Wade va  beaucoup plus cristalliser les positions, va envenimer la situation plus que la calmer pare ce qu’on sait que Wade est une bête politique"

Senegal Wahlen Abdoulaye Wade (picture alliance / dpa)

L'ex-président sénégalais va à 91 ans diriger une liste d'opposition aux élections législatives du 30 juillet

Pour réduire la tension, la société civile a initié une série de formations à l’intention des acteurs politiques. Dr Ousmane Ba, membre de la société civile, est un des formateurs: "La plupart des gens aujourd’hui qui vont s’engager dans la députation, la plupart d’entre d’eux n’ont jamais fait de la politique ou ne connaissent pas les règle du jeu de la politique. Et de cela, il faut que nous jouions notre rôle d’encadrement, notre rôle de régulateur mais aussi notre rôle d’assistance pour qu’on ait des élections apaisées".

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !