1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les JO, un gain éphémère pour les organisateurs ?

Les infrastructures pour les Jeux olympiques de Londres subiront-elles le même sort que celles des JO de 2008 en Chine ? Quatre ans après, la plupart des stades ne sont plus que des attractions touristiques.

Avec une construction de complexes sportifs de luxe et une cérémonie d'ouverture emphatique, Pekin voulait montrer une autre image de la Chine. Mais quatre années après l'organisation des jeux olympiques, la plupart des stades ne sont plus utilisés et l'espoir d'ouverture politique est resté lettre morte.

La cérémonie d'ouverture des JO de Pékin en 2008

La cérémonie d'ouverture des JO de Pékin en 2008

Un investissement exagéré ?

Le spectaculaire stade olympique, emblème des jeux olympiques de 2008, est vide la plupart du temps. Aujourd'hui, il est plus un monument touristique qu'un lieu de sport. Les touristes étrangers payent à peu près six euros pour le visiter. Mais les touristes locaux ont du mal à débourser une telle somme. « On devrait baisser un peu le prix, estime un habitant de Shandong, dans l'est de la Chine. La plupart des gens ici observent le stade de l'extérieur, parce que le prix d'entrée est trop élevé. »

Cher pour de nombreux chinois, certes. Mais beaucoup de visiteurs du site olympique pensent que l'investissement en a valu la peine. Comme cette touriste venue du nord-est de la Chine qui y voit le symbole de la Chine nouvelle : «Ces édifices sont le reflexe du développement de la Chine. Ils sont formidables et attirent plus de touristes vers Pékin».

Pour la Chine, les JO étaient l'occasion de montrer une autre image

Pour la Chine, les JO étaient l'occasion de montrer une autre image

« Un monde – un rêve »

C'est près de 40 milliards de dollars américains que le gouvernement chinois a investis pour les Jeux olympiques de 2008 – soit presque quatre fois le budget des JO à Londres. Cet argent a surtout servi à construire ou rénover 37 installations sportives. « Un monde – un rêve » était le slogan choisi par Pékin. Et pour de nombreux observateurs, l'objectif du gouvernement était de montrer une autre image de la Chine. « À travers des tels projets, c'est l'autopromotion qui prévaut, analyse Thomas Heberer, chercheur allemand et spécialiste de la Chine. Les dirigeants se préoccupent moins du coût et des retombées des investissements.»

La Chine a cependant fait des efforts au niveau environnemental avec la plantation de 30 millions d'arbres qui forment aujourd'hui le parc olympique – efforts qui ont été reconnus par le Programme des Nations unies pour l'Environnement.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !