Les jeunes espagnols victimes de la crise | Europe | DW | 30.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Les jeunes espagnols victimes de la crise

La première grève générale de l'ère Zapatero a touché tous les secteurs. L'Espagne est en proie à une grave crise économique. Les jeunes y sont particulièrement touchés par le chômage.

A demonstrator waves a Spanish Republican flag (1931 to 1939) during a march on Madrid's Gran Via, on Wednesday, Sept. 29, 2010. Spanish workers staged a general strike Wednesday to protest austerity measures imposed by a government struggling to slash its budget deficit and overcome recession. (AP Photo/Victor R. Caivano)

La colère de la rue contre les mesures d'austérité prises par le gouvernement espagnol.

Les syndicats qui avaient appelé à la grève dénoncent la réforme du marché du travail adoptée par le gouvernement socialiste. Ils estiment que ce texte facilite le licenciement et a pour conséquence plus de précarité pour les travailleurs.

Protestors shout slogans against open stores on Madrid's Gran Via, on Wednesday, Sept. 29, 2010. Spanish workers staged a general strike Wednesday to protest austerity measures imposed by a government struggling to slash its budget deficit and overcome recession. (AP Photo/Victor R. Caivano)

Des manifestants en colère contre des magasins ouverts malgré la grève

La mobilisation de cette semaine a aussi été une manière pour les Espagnols d'exprimer leur ras-le-bol d'une crise économique qui n'en finit plus. Avec 4 millions et demi de chômeurs, l'Espagne va mal. Pire: un tiers de ces personnes sans emploi ont moins de trente ans. Et dans la péninsule, ce sont les jeunes qui sont le plus touchés par le chômage et la précarité. Comment vivent-ils cette situation, deux jeunes au chômage se sont confiés à notre correspondant Guillaume Bontoux à Madrid....

L'avancée de l'extrême-droite

L’Europe qui veut être un continent mobile et ouvert, enregistre 900 millions de passagers annuels à ses postes frontières. Elle est devenue la première destination d’immigration. L’Europe est aussi un continent vieillissant. D’ici 2060 sa population pourrait diminuer d’un quart. Pourtant l’Europe accepte de plus en plus difficilement la présence d’étrangers notamment lorsqu’ils sont musulmans. Magali Balent, politologue a publié une étude sur ce sujet à la Fondation Robert Schuman. Elle y explique que - contrairement à une idée largement répandue- la crise économique n’est pas la seule cause de la montée de cet extrémisme.

Auteur: Elisabeth Cadot

Edition: Jean-Michel Bos