1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les Imbonerakure dans l'armée et la police?

Au Burundi, les Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD, auraient pris le pouvoir dans la police et l'armée. Selon un ancien responsable de la police en exil, il y a des entraînements de ces jeunes.

Écouter l'audio 02:08

"La police n'existe presque plus. Elle est obligée de travailler sur injonction des Imbonerakure" (R. Hagabimana)

Le Burundi est dans l’attente de la reprise du dialogue politique prévue en principe le 21 mai prochain à Arusha en Tanzanie. L’insécurité à Bujumbura et dans certaines provinces du pays reste un sujet d'inquiétude. Les Nations unies se sont dit inquiètes lundi de la multiplication des arrestations ces derniers jours et de l'augmentation des violences, notamment à Musaga.

De prochaines incorporations

De plus, certaines informations préoccupantes sur le Burundi sont distillées sur internet, faisant état du recrutement des Imbonerakure pour garnir les rangs de l'armée et de la police. Les Imbonerakure, qualifiés de milices par l'ONU sont accusés d'être à l'origine de nombreuses exactions contre des civils. Richard Hagabimana, l'ancien chef adjoint des opérations de la police burundaise, aujourd'hui en exil, a confirmé à la DW qu'il y avait bien des entraînements et donc que cela voulait dire que ces jeunes seront incorporés dans un corps de l'armée.

Contacté par la Deutsche Welle, Willy Nyamitwe, le conseiller en communication du président Pierre Nkurunziza, a violemment et catégoriquement refusé notre demande d'interview, accusant la DW d'être le relais de l'opposition au régime de Pierre Nkurunziza.

Ecoutez le sujet en cliquant sur l'image ci-dessus.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !