1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les Guinéens ont voté

Les électeurs se sont fortement mobilisés samedi pour les législatives en Guinée, les premières depuis plus de 10 ans. Si des irrégularités ont été relevées, ce scrutin longtemps attendu s’est déroulé dans le calme.

Une forte affluence a été constatée dans les bureaux de vote à Conakry

Une forte affluence a été constatée dans les bureaux de vote à Conakry

Le dépouillement est en cours en Guinée, après les élections législatives du samedi 28 septembre. Plus de cinq millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner une nouvelle Assemblée nationale. Celle-ci remplacera le Conseil national de transition mis en place après le coup d'Etat de la junte militaire fin 2008 et qui fait actuellement office de parlement. Environ 1700 candidats sont en lice pour les 114 sièges. Deux grands camps s'affrontent : le Rassemblement du peuple de Guinée du président Alpha Condé et l'Union des forces démocratique de Guinée, le parti de l'opposant Cellou Dalein Diallo.

Un scrutin maintes fois reporté

Les manifestations de l'opposition ont parfois dégénéré en émeutes, comme en mai dernier

Les manifestations de l'opposition ont parfois dégénéré, comme en mai dernier

Les Guinéens ont longtemps attendu ces élections, qui doivent marquer la fin d'une longue et difficile transition dans le pays. Les dernières législatives remontent à 2002, sous l'ancien président Lansana Conté, décédé en décembre 2008. Après le coup d'Etat, un calendrier de transition a été établi. Il prévoyait d'abord une élection présidentielle, qui s'est tenue en décembre 2010 et qui a vu la victoire d'Alpha Condé. Les législatives auraient ensuite dû avoir lieu dans les six mois suivant, mais la discorde entre le pouvoir et l'opposition sur la transparence du fichier électoral a mené à plusieurs reports du scrutin.

Forte mobilisation et « anomalies »

Une fois le jour du vote finalement arrivé, les électeurs se sont rendus nombreux aux urnes. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a noté « une tendance de plus 80% » de participation. « Nous avons relevé le défi de la participation massive », a déclaré samedi soir lors d'une conférence de presse le porte-parole de la Céni, Yéro Condé. Celui-ci a reconnu des « anomalies résiduelles » dans le déroulement des opérations de vote, mais a jugé qu'elles n'étaient pas de nature à remettre en cause le scrutin. Certains bureaux de vote ont en effet ouvert avec plusieurs heures de retard, des problèmes logistiques liés au manque de matériel électoral ont aussi été signalés. Le chef de file de l'opposition Cellou Dalein Diallo a de son côté dénoncé « d'importantes anomalies ».

Déroulement du vote dans le calme

La population s'est mobilisée aussi bien dans la capitale que dans les différentes régions du pays

La population s'est mobilisée aussi bien dans la capitale que dans les différentes régions du pays

Les manifestations parfois violentes des derniers mois avaient fait craindre des troubles lors du scrutin, mais la journée de vote s'est déroulée dans le calme. Après avoir voté, le président Alpha Condé a déclaré que la Guinée « irait de l'avant » avec la tenue des élections législatives. La Céni a fait savoir qu'elle donnerait des premiers résultats partiels lundi et mardi, puis les résultats officiels provisoires mercredi. La loi prévoit que résultats définitifs soient annoncés par la Cour suprême dans les dix jours suivant le scrutin. Le gouvernement guinéen a d'ores et déjà appelé les acteurs politiques à « accepter le verdict des urnes » pour éviter des violences dans le pays.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !