1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les gros titres de la presse allemande

A la Une des journaux allemands : l'ouverture de la conférence sur le Proche-Orient à Annapolis aux Etas-Unis, les émeutes en banlieue parisienne et l'arrestation de l'opposant russe Garry Kasparov.

default

Rencontre entre le président américain George W. Bush et le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas lundi, à la veille de la conférence d'Annapolis.

Nouvel élan: la conférence sur le Proche-Orient à Annapolis, titre la Tageszeitung. Les représentants de plus de 50 pays et organisations sont aux Etats-Unis pour discuter de la reprise du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Jamais autant de parties différentes ne se sont réunies pour tenter de résoudre le conflit. Mais jamais le contenu des négociations n’a été aussi vague.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung relève quant à elle que beaucoup jugent la conférence d’Annapolis vouée à l’échec. Etant donnée l’issue des précédentes réunions et initiatives de paix pour le Proche-Orient, cela n’a rien d’étonnant. Il ne faut bien entendu pas s’attendre à un règlement du conflit lors de la rencontre, mais si de nouvelles initiatives diplomatiques étaient lancées pour intensifier le processus de paix, ce serait déjà un succès.

La Frankfurter Rundschau évoque de son côté les troubles survenus en banlieue parisienne. Voitures et postes de police en feu, magasins pillés, blessés parmi les forces de l’ordre : dans la nuit de dimanche, dans une ville de la banlieue nord de Paris, ont eu lieu les plus graves émeutes depuis des mois, suite à la mort de deux jeunes après une collision avec une voiture de police. Des incidents qui font craindre aux Français un retour des violences qui avaient touché le pays en 2005.

Le gouvernement allemand exige la libération de Garry Kasparov, titre die Welt. Pour le journal, le nom du vainqueur des élections législatives de dimanche prochain en Russie ne fait aucun doute. Selon les sondages, le parti « Russie Unie » de Vladimir Poutine est crédité de 57 à 67%. Et il est bien possible que le parti communiste soit la seule force d’opposition à la douma car les autres ne passeront pas la barre des 7%. Vladimir Poutine pourrait donc attendre le vote en toute tranquillité. Au lieu de cela, il fait disperser les manifestations de l’opposition avec brutalité. Quelques jours avant le scrutin, l’opposant libéral et ancien champion d’échec Garry Kasparov est mis en prison. Une mesure qui vise à dissuader tous ceux qui veulent se joindre au mouvement de protestation contre le président russe. Mais pour die Welt, elle jette aussi la lumière sur la véritable nature du régime de Vladimir Poutine. Car dans toute autocratie, on se méfie de son propre peuple.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !