1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les gros titres de la presse allemande

Irak - Annapolis - Pakistan

default

Le président pakistanais Pervez Musharraf a promis d'abandonner son uniforme pour son deuxième mandat.

« Les chiites d’Irak condamnent l’ingérence de l’Iran » titre die Welt. 600 cheiks chiites reprochent à l’Iran de vouloir diviser l’Irak et craignent une islamisation des provinces du sud sur le modèle iranien, rapporte le journal. Ils ont réuni 30 000 signatures pour une pétition qui dénonce l’ingérence de leur coreligionnaires iraniens et exigent une enquête des Nations Unies.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung évoque la conférence internationale sur le Proche-Orient, qui se tiendra mardi à Annapolis aux Etats-Unis. Une conférence qui suscite de moins en moins d’espoirs. Le président israélien Shimon Peres a jugé « quasiment impossible » la conclusion d’un accord de paix d’ici la fin du mandat du président américain George W. Bush en janvier 2009. Les Palestiniens trouvent de leur côté que leurs exigences ne sont toujours pas suffisamment prises en compte dans le document de la conférence. Quant à la Syrie, elle risque fort de refuser l’invitation de Washington.

En première page de la Frankfurter Rundschau : la photo d’un manifestant pakistanais qui tient une rose à la main. Des opposants ont protesté hier contre la décision de la Cour Suprême de rejeter le dernier recours contre la réélection du président Pervez Musharraf, écrit le journal. Et, pour tenter d’apaiser la police, ils ont manifesté avec des roses à la main.

La Süddeutsche Zeitung note de son côté que ce jugement n’a aucune valeur morale, car Pervez Musharraf a mis à la porte du tribunal tous les juges indépendants il y a trois semaines. Il a donc atteint son but, et peut maintenant abandonner son uniforme en toute tranquillité. Ce n’est que dans les prochains jours qu’on pourra juger si le président est aussi attaché à la démocratie que l’affirme son allié George W. Bush. Il est certes important de voir Pervez Musharraf quitter ses fonctions militaires, mais ce qui est indispensable, c’est la levée de l’état d’urgence. Les élections législatives sont fixées au 8 janvier. Si celles-ci avaient lieu sous l’état d’urgence, elles seraient à peu près aussi démocratiques que le jugement de la Cour Suprême était juste et équitable.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !