1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les grévistes acceptent l'accord proposé par Lonmin

Vers une fin du conflit social de Marikana, en Afrique du sud? Les négociations semblent avoir porté leurs fruits: les mineurs ont fini par accepter une offre de la direction de Lonmin et reprendront le travail jeudi.

Released mine workers celebrate their release at Ga-Rankuwa Magistrate's Court, Pretoria, South Africa, Monday, Sept. 3, 2012. The miners were among those arrested for public violence after the police opened fire on a group of striking mineworkers killing 34 and wounding 78 at Lonmin's Marikana platinum mine on August 16. Last week, prosecutors said the men arrested would be charged with the murder and attempted murder of their colleagues. Following a public outcry the charges were provisionally withdrawn on Sunday. (Foto:AP/dapd)

Südafrika Freigelassene Minenarbeiter

La nuit dernière, la direction de Lonmin a posé sur la table une ultime proposition. Celle-ci comprenait une prime unique équivalant à 140 euros, assortie d’une hausse de salaire de 75 à 173 euros mensuels selon les échelons. Soit une augmentation de 20% pour la catégorie des foreurs, à l’origine du mouvement.

Le conflit a soudé les mineurs

Leur lutte a soudé les mineurs

Un accord difficile

Le noyau dur du syndicat AMCU, qui a soutenu la grève sauvage, n’a pas pris part aux dernières négociations. Et des mineurs en colère ont d'ailleurs commencé apr refuser cette offre de Lonmin, en-deçà de leurs attentes. D'autres ont finalement accepté une hausse des salaires de 22% et indiqué qu'ils reprendraient le travail jeudi.

Quoiqu'il en soit, le mouvement laissera des traces. Sa dureté a amené les grévistes à prendre conscience de leur force dans le bras de fer qui les oppose à la direction, comme l'explique ici l'un d'entre eux: « Nous avons réalisé que c’était nous, les mineurs, qui tirions l’économie de ce pays »

Des organisations non-gouvernementales et des ecclésiastiques appuient les mineurs dans leurs revendications sociales.

Arbeitskampf in südafrikanischer Mine Marikana

Les forces de l'ordre ont tué 34 mineurs depuis le début du conflit

Réponse du glaive au bâton

L’évêque Jo Sekoa, à la tête du Conseil sud-africain des Eglises, est à leur côté depuis le début. C'est d'ailleurs lui qui a annoncé l'acceptation, par les mineurs, d'un accord global. Il ne comprend toutefois pas la brutalité de la répression du mouvement :

« L’implication de l’armée n’a fait qu’aggraver la situation. J’étais là quand les militaires ont lancé l’assaut du site, comme des chiens enragés. Les gens ont eu peur d’eux. On ne peut pas en vouloir aux mineurs quand les véritables provocateurs sont ceux qui sont censés maintenir l’ordre et la paix. »

L’armée continuait mardi matin d’assurer la sécurité du site où de nouvelles violences ont éclaté ce week-end. Selon le gouvernement, ce déploiement devait garantir la liberté d’exercice du droit de grève des mineurs, en toute sécurité.
De son côté, le président Jacob Zuma a déclaré craindre que les pertes financières dues à la grève n’entraînent une récession. Plusieurs investisseurs étrangers auraient déjà vendu leurs parts dans des entreprises du secteur minier sud-africain.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !