1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les "femmes de réconfort" réconfortées

Tokyo et Séoul ont fini par s'entendre sur l'épineuse question des "femmes de réconfort". Un euphémisme qui désigne un système de prostitution forcée mis en place par l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Écouter l'audio 02:06

"Selon les Japonais, elles étaient volontaires (...) Dans l'autre camp, on dit qu'elles ont été purement et simplement embarquées de force" (Jean-Marie Bouissou)

Après de longues négociations, Tokyo accepte de verser un milliard de yen soit 7,5 millions d'euros de dédommagement aux victimes. En échange, Séoul s'engage à ne plus jamais remettre ce sujet sur le tapis. Un accord avant tout stratégique car le regard porté par les deux pays sur ce sombre chapitre est loin d'être semblable.

La plupart des historiens estiment que jusqu'à 200.000 femmes ont été enrôlées de force dans les bordels de l'armée impériale. Parmi elles, une majorité de Coréennes mais aussi des Chinoises, des Indonésiennes et des ressortissantes d'autres pays asiatiques.

Ecoutez ci-dessus les explications de Jean-Marie Bouissou, représentant de l'Institut de Sciences Politiques de Paris à Tokyo, spécialiste du Japon

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !