1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Les faiblesses de la MONUSCO face à la situation de crise en RDC

2017 est considérée par l'ONU comme "cruciale" pour la RDC, dans l'attente de la première transition politique pacifique du pays à travers les élections présidentielle et législatives, censées se tenir d'ici à décembre.

"La situation en République démocratique du Congo se détériore de manière inquiétante." C’est ainsi que Maman Sidikou, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en RDC et chef de la Monusco, a entamé sa déclaration mardi devant le Conseil de Sécurité à New York. C’est ce que rapporte le quotidien die tageszeitung, la taz. Les violences inter-ethniques se multiplient, même dans des régions du pays qui étaient encore relativement stables ces dernières années.

Demokratische Republik Kongo - Ausschreitungen in Kinshasa (Getty Images/AFP/J. D. Kannah)

A Kinshasa, siège de l'UDPS, le parti de Tshisekedi.

Les élites de la capitale Kinshasa et des autres villes profitent de la situation politique incertaine pour mobiliser des milices locales et imposer leurs intérêts. En 2016, les atteintes aux droits de l’Homme ont augmenté de 30% par rapport à l’année précédente. Les deux tiers de ces crimes sont commis par des organes étatiques, un tiers seulement par des rebelles et milices. Cela rend le travail de la Monusco sur place de plus en plus difficile, puisque selon son mandat, elle est censée coopérer étroitement avec le gouvernement.

UNO Blauhelme im Kongo (DW/S.Schlindwein)

Patrouille de casques bleus à Goma.

C’est pourquoi la Monusco préfère concentrer son engagement sur un soutien logistique à l’enregistrement des électeurs et à l’application de l’accord entre le gouvernement et l’opposition passé le 31 décembre dernier… En bref, poursuit la taz, même si le chef de la Monusco s’exprime de manière diplomatique, il est clair que l’ONU oeuvre à mettre fin au règne du président Joseph Kabila, au pouvoir en RDC depuis 2001, par des élections présidentielle et législatives, et cela aussi rapidement que possible.

La Monusco comprend 19.000 soldats, observateurs de police et militaires. C'est la plus importante et la plus coûteuse mission de maintien de la paix des Nations unies.  Le Conseil de sécurité doit se pencher sur le mandat de la Monusco le 29 mars

 

La richesse des pays africains et la pauvreté de leurs populations

 

Existe-t-il une corrélation entre les situations de crise et les richesses en matières premières dans les pays africains?

"Alors que récemment encore, entrepreneurs et analystes parlaient d’un continent en plein essor, de l’apparition d’une large classe moyenne et d’un avenir économique lumineux dans les pays au sud du Sahara, les désillusions sont à l’ordre du jour ", relève la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la Faz. 

Kupfermine Kongo (AFP/Getty Images)

Travailleurs dans une mine de cuivre à ciel ouvert près du village de Kamatanda au Katanga.

La chute des prix du pétrole a freiné des stars de la croissance telles que le Nigeria et l‘Angola, une sécheresse massive frappe de larges parties du continent provoquant la famine. Au Soudan du Sud, la population subit une cruelle guerre civile largement ignorée de l’opinion publique internationale. Et en Afrique du Sud, le parti au pouvoir ANC, le Congrès National Africain, fait tout pour réduire à néant sa réputation forgée lors de la lutte contre l’Apartheid.

La richesse en matières premières de certains pays africains ont trop souvent des conséquences négatives pour leurs populations. Et, en règle générale, poursuit le quotidien de Francfort, les matières premières recherchées sur le marché mondial sont pour les pays africains davantage une malédiction qu'une bénédiction. Car seule une petite clique profite des énormes revenus que génèrent ces ressources, tandis que la plus grande partie de la population n’en tire aucun bénéfice. 

Demokratische Republik Kongo Mine Diamanten Diamantenmine (AP)

Travail dans une mine de diamants.

Les dirigeants africains qui se servent largement des revenus issus de l’exploitation des ressources minières, ne se sentent aucune obligation vis-à-vis de leur population. Ces tout-puissants, qui se partagent les richesses de leurs pays avec des multinationales et des intermédiaires douteux, n’investissent pas dans les domaines éducatif ou social, mais bien plus dans les domaines militaire et policier dans le seul but de renforcer encore leur pouvoir. Mais les élites africaines ne sont pas les seules coupables, selon la FAZ. Des organisations telles que la Banque mondiale par exemple, mise régulièrement sur des projets d’exploitation de matières premières souvent problématiques. Le journal évoque aussi des pays qui font subir à l’Afrique un double dommage, comme la Chine qui achète massivement des matières premières et inonde les marchés africains de produits bon marché, ruinant ainsi l’industrie et l’artisanat du continent…
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !