Les eurodéputés roumains : mauvais élèves | Dossier | DW | 20.03.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Les eurodéputés roumains : mauvais élèves

Foire d'empoigne des hommes politques roumains pour figurer sur les listes électorales européennes.

default

Le taux de démission des eurodéputés roumains bat tous les records.

Les candidats se bousculent au portillon des principaux partis politiques roumains : le parti démocrate-libéral (PDL), le parti-social démocrate (PSD) et le parti national libéral (PNL). Dans cette course tous les coups sont permis : démission d’un parti pour rejoindre un autre, parachuter des proches sur les listes ou encore utiliser des locomotives à voix dans le but de rafler un maximum de sièges.

Paradoxalement, un rapport de la Romania Centre for European Policies révèle que le taux de démission des eurodéputés roumains bat tous les records. En effet, 9 eurodéputés roumains élus en 2007 ont déjà démissionné de leur poste sur un total de 35. Alors pourquoi ces démissions? Décrocher un siège au Parlement européen permet ensuite aux politiciens roumains de rentrer plus facilement en fonction dans le gouvernement ou dans le Parlement national. C’est donc suite à ce constat qu’un think tank a rédigé une série de recommandations pour les prochaines élections européennes. L e think tank propose aux eurodéputés de signer un engagement public dans lequel ils s’engagent à rester dans leurs fonctions jusqu’au terme de leur mandat.

Cela dit, la perspective d’un salaire cinq fois supérieur au salaire actuel (1.200 euros) et 20 fois supérieur aux salaires moyens roumains devrait dissuader à l’avenir les eurodéputés roumains à démissionner. Dès juin 2009, tous les députés européens toucheront 7.000 euros par mois. Il reste donc fort à parier que dès juin, ce gros salaire poussera les eurodéputés roumains à finir leurs cinq ans de mandat.