1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les Etats-Unis d'Afrique remis à plus tard

C’est après une prolongation d’une demi-journée que le 9ème sommet de l’Union africaine s’est achevé à Accra. Un projet historique était inscrit à l’ordre du jour, à savoir la mise en place d’un gouvernement continental. Au final les chefs d’Etat et de gouvernement se sont seulement mis d’accord sur une intégration du continent au ralenti.

Une feuille de route pour la réalisation des Etats-Unis d’Afrique va être élaborée d’ici au prochain sommet, en janvier 2008. John Kufuor, l’hôte de ce sommet, n’a pas ménagé sa peine pour gommer la ligne de fracture entre partisans et adversaires de cette fédération africaine. Mais il n’aura échapper à personne que les fauteuils du Libyen Kadhafi et du Sénegalais Wade sont restées vides lors de la lecture de la déclaration d’Accra. Le Sud-Africain Thabo Mbeki en revanche, qui prône d’abord le renforcement des blocs économiques régionaux existants, a parlé d’un excellent résultat.

Théoriquement, les structures de l’Union africaine pourraient fournir la base d’un gouvernement panafricain. A commencer par le parlement panafricain créé en 2004, mais encore faudrait-il lui donner le pouvoir de légiférer. Cela dit les défaillances structurelles pèsent sans doute moins lourd dans l’ajournement des visions panafricanistes que le manque de confiance mutuelle sur le continent. Comment imaginer par exemple que l’Ethiopie et l’Erythrée ou le Tchad et le Soudan fassent une politique panafricaine alors qu’ils se font la guerre comme voisins ?

Selon une étude commandée l’an dernier par l’Union africaine, un gouvernement continental et un espace économique commun se traduiraient par plus d’emplois et moins de pauvreté en Afrique. Pour l’heure, la pauvreté du continent augure mal du financement des Etats-Unis d’Afrique. L’UA est quasiment en faillite, les Etats membres ne sont qu’une poignée à s’acquitter de leurs cotisations.Et sans doute ne faut-il pas compter ici sur l’aide des occidentaux.

Enfin l’on retiendra de ce sommet d’Accra que les crises majeures du continent, le Darfour et la Somalie, ont été totalement éclipsées. Eclipsée également la nécessité de renforcer la capacité d’intervention de l’UA dans les zones de conflit. En dépit des promesses faites il y a six mois au sommet de Khartoum, l’Ouganda reste le seul pays à fournir des soldats pour la force de paix africaine en Somalie. Pas étonnant donc que l’Ouganda, outre le Nigéria et l’Afrique du sud, soit résolument hostile à un gouvernement panafricain.

  • Date 04.07.2007
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2cN
  • Date 04.07.2007
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2cN
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !