1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Les enfants délinquants en prison!

C’est là la dernière exigence du Ministre –Président du Land de la Hesse, Roland Koch en matière de mesures disciplinaires contre la délinquance juvénile.

default

Roland Koch, Ministre-Président du Land de Hesse

Ces dernières semaines, à l’approche d’ élections le 27 janvier dans son Etat régional, Roland Koch a choisi la délinquance des jeunes – en particulier des jeunes étrangers – comme leitmotiv privilégié de sa campagne électorale.

A l'exception du durcissement du droit pénal que Roland Koch prône pour les jeunes de moins de 14 ans, la Chancelière Angela Merkel soutient l'argumentaire du Ministre- Président de Hesse. Ce qui provoque l’ire du SPD, le parti social démocrate, partenaire de la coalition gouvernementale à Berlin. Mais aussi le parti des Verts, diverses associations de jeunesse, un grand syndicat policier ou les Eglises dénoncent vivement des propos démagogiques d’une campagne électorale musclée. Une attitude populiste et condamnable, estiment aussi une partie des magistrats allemands.

Ne touchez pas au droit pénal pour mineurs!“ C’est l’ appel que plus d’un millier d’avocats, de juges et de procureurs ont lancé au Ministre -Président de la Hesse, le chétien -démocrate Robert Koch. Ses propositions pour renforcer les peines pour mineurs sont insensées, estime ainsi Klaus Pförtner, procureur à Francfort sur le Main. Selon lui, la dernière idée de M.Koch, punir les enfants de moins de 14 ans de la même manière que les adolescents plus âgés, est absurde, de même que ses critiques à l’égard de la justice. Klaus Pförtner :

Quand le Ministre-Président d’un Land désavoue de la sorte l’un des piliers de notre démocratie, en traitant la justice de paresseuse et d’incapable, c’est une attaque contre la démocratie !.”

Roland Koch, comme une partie des représentants des Unions chrétiennes CDU / CSU misent sur davantage de répression pour contrer la délinquance juvénile. Mais, selon de nombreux criminologues, l’équation: peines plus dures = moins de délits, est fausse. Roland Koch prône par exemple des peines de prisons ayant valeur d’ avertissement. Un séjour de quelques jours derrière les barreaux pour de jeunes délinquants ayant commis leur premier délit. Jusqu’ici ils n’encaissent que des peines avec sursis. Pour Roland Koch ce séjour en prison montrerait aux jeunes ce qui les attend s’ils devaient continuer sur la voie de la criminalité et les ferait réfléchir. Faux, argumentent de nombreux criminologues, c’est justement en prison que plus d’une carrière criminelle a pris son origine. Car c’est là que de jeunes délinquants font la connaissance des vrais criminels de carrière, relève le criminologue Rüdiger Sonnen. Aussi il plaide pour davantage de moyens financiers pour des mesures de prévention. Mais aussi , là où c’est encore possible, pour les mesures de médiation hors tribunal entre délinquants et victimes , des mesures qui existent dans la législation et qui prévoient des entretiens entre les parties concernées ainsi que le versement de dommages et intérêts aux victimes. Rüdiger Sonnen :

Il ne s’agit pas là d’une utopie sociale, mais d’un processus sérieux, d’une prise de conscience pour le délinquant. C‘est une confrontation, la victime a soudain un visage , une personnalité . Et réaliser cela, c’est à la fois beaucoup plus difficile , mais aussi plus efficace que quelques jours de prison…”

Christian Wulff, Ministre Président du Land de Basse - Saxe, lui aussi chrétien démocrate soutient en partie seulement son homologue Roland Koch :

'Les enfants sont des enfants et là se pose surtout la question des parents. On doit examiner comment engager davantage la responsabilité des parents. Mais j’estime qu’il est faux de changer l’âge de la majorité pénale ! »

La délinquance juvénile, un thème qui divise. Roland Koch polémise contre les jeunes délinquants étrangers. Sa proposition : expulser ces jeunes vers leurs pays d’origine. Ici et là, il a trouvé le soutien de quelques juristes comme par exemple celui du procureur de Berlin, Roman Reusch.Mais une majorité de juges et de procureurs rejettent un tel discours qu’ils qualifient de populiste et de nuisible. Ils privilégient le travail de prévention, plaident pour davantage de moyens finaciers pour des mesures d'intégration, pour des cours d’allemand, pour l'équipement des établissements scolaires et la création de places d’apprentissage.

Le chef du SPD, le Parti social démocrate, Kurt Beck, lui interprète ainsi les motivations de Roland Koch pour les propos qu’il tient :

'Je ne vois que la peur de perdre les élections. Malgré tout, ce qu’il dit, il semble le penser...'

Roland Koch peut-il compter sur sa réélection avec l’argumentaire qu’il propage ?…Rien n’est moins sûr…Selon un sondage, 66% des Allemands de Hesse désapprouvent le discours de leur Ministre - président sortant !