Les Egyptiens toujours dans la rue contre Moubarak | Dossier | DW | 30.01.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Les Egyptiens toujours dans la rue contre Moubarak

Les Egyptiens continuaient à défier le pouvoir du président Moubarak dimanche soir, au Caire. Ils étaient plusieurs milliers rassemblés sur la place Tahrir, où ils ont été rejoints par Mohamed El Baradei.

default

« Liberté » peut-on lire sur cette pancarte brandie par une manifestante au Caire

Au sixième jour de manifestations, dimanche, toujours pas de signe de retour au calme. Des milliers d'Egyptiens ont convergé dans l'après-midi vers la place Tahrir (place de la Libération). Et ils y sont restés malgré l'appel de l'armée à respecter le couvre-feu. Mohamed El Baradei, l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, a choisi de les rejoindre dans ce lieu devenu le symbole de la contestation anti-Moubarak. Il a évoqué le « début d'une nouvelle ère » pour son pays.

Ägypten Proteste Chaos

Le président Moubarak en compagnie d'Omar Souleimane (au centre), à la télévision d'Etat

La journée a également vu un durcissement du discours américain vis-à-vis du président égyptien, qui est pourtant l'un des alliés essentiels de Washington au Proche-Orient. « Nous souhaitons voir une transition en bon ordre, a affirmé Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine. Nous demandons instamment au gouvernement Moubarak, qui est toujours au pouvoir (...), de faire ce qui est nécessaire pour faciliter ce genre de transition. »

Des scènes de chaos

Interrogée par un journaliste qui lui demandait si les changements du personnel politique annoncés ce week-end étaient suffisants, Hillary Clinton a répondu : « Bien sûr que non. C'est à peine le début de ce qui doit se passer. »

La nuit de samedi à dimanche avait été marquée par de nombreux pillages et des incendies. On a également rapporté plusieurs évasions de prisons dans différentes régions du pays. Des évasions qui concernent, pour au moins l'une d'entre elles, des centaines de détenus.

Ces nouvelles ne devraient pas rassurer la population. D'ailleurs, en de nombreux endroits, les habitants s'organisent en comités de quartier, pour se défendre des pillards.

Des nominations qui ne convainquent pas

Comme il l'avait annoncé la veille à la télévision, le président Hosni Moubarak a nommé samedi un nouveau Premier ministre. Il s'agit d'Ahmed Chafik, qui était déjà membre du gouvernement sortant, chargé de l'Aviation civile. Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 1981, Hosni Moubarak a désigné un vice-président, Omar Souleimane. Cette personnalité, appréciée en Egypte, dirigeait jusqu'à présent les services de Renseignement. Mais cette annonce n'a pas découragé les contestataires.

Ägypten Proteste Chaos

Un jeune garçon montre des cartouches utilisées par les forces de sécurité

Dimanche, on constatait une nette amélioration au niveau des communications. L'accès au réseau internet était de nouveau possible. Par contre, le pouvoir égyptien a décidé d'interdire la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, qui a largement couvert le mouvement de contestation depuis près d'une semaine.

Plusieurs pays appellent leurs ressortissants à quitter l'Egypte au plus vite, notamment les Etats-Unis et la Turquie. D'autres gouvernements sont en train d'organiser des vols spécialement pour rapatrier leurs citoyens.

Au moins 125 personnes auraient été tuées depuis le début des troubles et on déplore plusieurs milliers de blessés.

Ecoutez ci-dessous un point sur la situation au Caire, à la mi-journée, avec notre correspondant Ahmed Sami.

Auteur : Sébastien Martineau (avec AFP et Reuters)
Edition : Yann Durand

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet