1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les drones allemands, une affaire embarrassante

A la Une de la presse : les explications du ministre de la Défense, Thomas de Maizière, sur la débâcle des drones « Euro Hawk ». Un projet qui a coûté plus de 500 millions d’euros, avant d’être abandonné par Berlin.

Réunion du comité d'enquête du Bundestag sur les drones « Euro Hawk »

Réunion du comité d'enquête du Bundestag sur les drones « Euro Hawk »

Les drones commandés par le ministère de la Défense – des petits avions de reconnaissance sans pilote – ne correspondaient pas aux normes européennes. Mercredi le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, a estimé que la responsabilité revenait aux secrétaires d'Etat chargés du dossier et non à lui-même.

Les drones de reconnaissance Euro Hawk ne correspondent pas aux normes européennes

Les drones de reconnaissance Euro Hawk ne correspondent pas aux normes européennes

« Un drone pourchasse un innocent », titre le quotidien alternatif die Tageszeitung, qui publie en première page un montage photo qui rappelle un célèbre film d'Alfred Hitchcock, « la mort aux trousses ». Sauf que ce n'est pas l'acteur américain Cary Grant que l'on voit courir pour tenter d'échapper à un avion qui le poursuit, mais bien Thomas de Maizière. « Je n'y peux rien, c'étaient les autres, je ne savais rien du tout » déclare ce personnage rebaptisé par le journal « ministre de l'auto-défense ».

La Süddeutsche Zeitung publie de son côté une caricature censée illustrer le fonctionnement hiérarchique du ministère de la Défense. On y voit Thomas de Maizière sur un terrain d'aviation, criant à une rangée de subordonnés : « Secrétaires d'Etat, garde à vous ! Vous assumez la responsabilité ! » Et les secrétaires d'Etat répondent : « Oui Monsieur le ministre ! L'entière responsabilité ! »

Personne n'évoque jusqu'à présent une possible démission de Thomas de Maizière

Personne n'évoque jusqu'à présent une possible démission de Thomas de Maizière

Die Welt souligne que ce n'est pas Thomas de Maizière qui avait commandé ces drones, qui vont à présent coûter des centaines de millions aux contribuables. Mais ce n'est pas lui non plus qui a annulé la commande. Et c'est là le problème aujourd'hui : le ministre aurait-il dû tirer la sonnette d'alarme plus tôt, pour faire économiser de l'argent au fisc et épargner au gouvernement un échec bien embarrassant ? Thomas de Maizière a déclaré n'avoir pas été suffisamment informé sur cette affaire et a annoncé vouloir améliorer le fonctionnement interne de son ministère. Mais les défauts structurels dont parle le ministre étaient déjà connus quand il a pris ses fonctions il y a plus de deux ans, surtout en ce qui concerne le domaine de l'armement. Pourtant, depuis, presque rien n'a changé.

Il est certainement difficile de contrôler une grande structure comme l'armée et le ministère de la Défense, concède la Frankfurter Rundschau. Et c'est justement ce qu'a admis Thomas de Maizière, il n'était pas assez impliqué. Mais rejeter ouvertement sa propre ignorance et sa propre responsabilité sur ses subalternes, dans la vie réelle, estime le journal, cela couterait son poste à n'importe quel directeur de service.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !