1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les contradictions de M. Obama

Dans les kiosques allemands ce jeudi, il est beaucoup question de la décision de Barack Obama d'annuler le sommet États-Unis - Russie. Les journaux jettent un regard assez sévère sur la politique extérieure américaine.

Barack Obama, le 29 juin 2013 à Pretoria

Barack Obama, le 29 juin 2013 à Pretoria

Il ne manque pas de motifs légitimes pour vouloir garder ses distances avec l'autocrate de Moscou, observe tout d'abord die tageszeitung. La politique allemande ferait bien elle-aussi d'entretenir une relation un peu moins chaleureuse avec Vladimir Poutine. Mais l'asile accordé par la Russie à Edward Snowden n'est pas l'une de ces bonnes raisons.

Il est évident, poursuit le quotidien, que le gouvernement américain voit dans cet asile une grave offense et se sent obligé de montrer de la détermination. C'est sa crédibilité qui est en jeu.

Crédibilité qu'Obama est justement en train de perdre. À cause de la chasse à l'homme lancée contre Snowden, mais surtout à cause des faits révélés par celui-ci. Ce président, qui voulait tellement se démarquer de son prédécesseur George W. Bush, est en train d'élargir encore les clivages laissés par ce dernier.

Die Welt compare le parcours de Barack Obama avec celui d'un autre président américain, Jimmy Carter, lui aussi arrivé à la Maison Blanche avec de grandes ambitions. Les Américains l'avaient élu en 1976, parce qu'il promettait d'apporter avec lui moralité et sincérité.

Aujourd'hui encore, la période Carter reste un chapitre en demi-teinte de l'histoire américaine, associé à l'entrée des Soviétiques en Afghanistan et à la prise d'otage de Téhéran.

Le groupe NSU (ici la seule survivante Beate Zschäpe) est soupçonné d'avoir tué dix personnes, dont neuf pour des motifs xénophobes

Le groupe NSU (ici la seule survivante Beate Zschäpe) est soupçonné d'avoir tué dix personnes, dont neuf pour des motifs xénophobes

Sous Obama, comme sous Carter, l'Amérique s'empêtre dans ses contradictions et affaiblit sa propre position. La décision d'annuler la rencontre de Moscou est un geste d'impuissance à la Carter.

La Süddeutsche Zeitung revient quant à elle sur le procès de la cellule terroriste néonazie NSU. Et affirme : en 32 jours d'audience, le tribunal de Munich a progressé bien plus que prévu. La principale accusée, Beate Zschäpe, continue de se taire mais de nombreux témoins et experts ont été entendus. Aucun des mis en cause n'a cherché à transformer le tribunal en tribune de propagande.

Surtout, souligne le journal, ce procès, qui doit encore durer au moins un an et demi, a d'ores et déjà permis de réhabiliter les victimes de la NSU et leurs familles. Il était important pour les proches que les enquêteurs disent haut et fort que les victimes n'étaient pas impliquées dans de quelconques activités criminelles.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !