1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les conseillers guinéens trop gourmands ?

La Cour suprême de Conakry doit proclamer vendredi les résultats définitifs des législatives. Mais les membres du CNT, qui tient lieu de parlement, exigent des mesures d'accompagnement avant de quitter l'hémicycle.

Les conseillers de la transition ne veulent pas quitter le Palais du Peuple de Conakry sans compensation

Les conseillers de la transition ne veulent pas quitter le Palais du Peuple de Conakry sans compensation

300 millions de francs guinéens, soit un peu plus de 33.000 euros, plus une parcelle à usage d'habitation : c'est ce qu'exigent les anciens conseillers nationaux avant de céder la place aux 114 nouveaux élus issus des législatives du 28 septembre. Une revendication qui rejoint les avantages accordés en 2010 à chaque membre du gouvernement de transition avant son départ : 500 millions (environ 56.000 euros) et une parcelle.

Aujourd'hui, les Guinéens ont des avis partagés quant à l'opportunité de cette requête des parlementaires, qui intervient dans un contexte économique difficile pour la majorité d'entre eux. « Le pays va mal et ils ne pensent qu'à eux » dénonce Pascal Bangoura, chauffeur.

114 nouveaux députés ont été élus le 28 septembre

114 nouveaux députés ont été élus le 28 septembre

« S'ils pensaient à l'intérêt du peuple, ils ne réclameraient pas une telle somme ». Mariam Bah, qui travaille au ministère du Tourisme, est du même avis : « Les parlementaires ne sont pas licenciés, ils vont retrouver leur ancien poste. Et ils vont partir avec ce qu'ils ont gagné entre 2010 et 2013 », fait-elle valoir. « Qu'ont-ils fait pour le peuple qui justifie ce dédommagement ? » s'interroge pour sa part Hassane Touré, fonctionnaire.

Si cette exigence scandalise la plupart des Guinéens confrontés à des difficultés d'ordre économique, d'autres au contraire estiment qu'elle est recevable. Sekou Soumah est de ceux-là : « Je pense que tout travail mérite salaire. Ce sont des citoyens libres qui ont tout abandonné pour se mettre au service de la nation », rappelle-t-il.

Les anciens parlementaires Guinéens auront-ils gain de cause ? C'est la question qui se pose actuellement, alors que le gouvernement n'arrive toujours pas à satisfaire les besoins primaires des populations privées d'eau et d'électricité.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !