1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les BRICS veulent leur banque de développement

Le projet emblématique d'une banque de développement ne verra pas encore le jour lors de ce 5ème sommet. Mais les BRICS réunis à Durban veulent mettre sur pied des institutions financières indépendantes de l'Occident.

Le président sud-africain Zuma accueille le 5ème sommet des BRICS

Le président sud-africain Zuma accueille le 5ème sommet des BRICS

Rencontre au sommet entre le président russe Vladimir Poutine et le président sud-africain Jakob Zuma

Rencontre au sommet entre le président russe Vladimir Poutine et le président sud-africain Jakob Zuma

Sur le principe d'une banque de développement commune, qui financerait par exemple des infrastructures, tout le monde est d'accord. Mais, comme toujours le diable vient se nicher dans les détails ou plus exactement dans le concret.

La nouvelle banque devrait être dotée d'un capital de départ de 50 millions de dollars ; c'est ce qu'a conclu une commission préparatoire. Cela représente 10 milliards par pays. Mais c'est justement la répartition de ces contributions qui a bloqué : certains pays réclament une répartition proportionnelle. Comprenez : la Chine doit mettre plus au pot, comme on dit, car son économie représente environ 20 fois celle de l'Afrique du Sud et quatre fois celle de l'Inde ou de la Russie.

Le ministre russe des Finances a précisé que le sujet sera de nouveau sur la table, lors de la réunion des ministres du G20 en avril prochain.

Accord entre deux poids lourds de l'économie mondiale, la Chine et le Brésil

Accord entre deux poids lourds de l'économie mondiale, la Chine et le Brésil

Alternative à l'Occident

Il s'agit de mettre à l'abri des soubresauts d'une nouvelle crise bancaire les grandes économies, qui dépendent jusqu'ici de financements en dollars. La Chine et le Brésil ont donc signé un accord commercial sur trois ans qui couvre jusqu'à 30 milliards de dollars d'échanges bilatéraux. En cas de crise et de raréfaction du crédit, le Brésil trouverait du crédit auprès de son plus important partenaire étranger, a expliqué le ministre de l'Economie.

Au menu de ce sommet également : des réserves de change communes, qui pourraient venir en aide aux pays souffrant de déséquilibres dans leur balance des paiements ou en crise. Au total, il s'agit bien de faire contre-poids à des institutions internationales accusées de défendre les intérêts des pays les plus riches.

Économie et développement (Magazine)

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !