1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les belles promesses de M. Steinmeier

Le plein emploi en Allemagne d'ici à 2020 ? La promesse de Frank-Walter Steinmeier, leader du parti social-démocrate, huit semaines avant les élections législatives, suscite des commentaires sceptiques dans la presse.

default

Quatre millions d'emplois en 10 ans, une promesse réalisable selon le candidat Frank-Walter Steinmeier

Pour la Süddeutsche Zeitung, il y a deux façons de réagir au problème du chômage de masse en Allemagne : la léthargie ou l'imagination. La première a été pratiquée assez longtemps par les différents gouvernements. Conséquence : la société s'est tellement habituée au chômage qu'il en est devenu presque invisible. Le "plan pour l'Allemagne" quitte les sentiers battus de la traditionnelle politique sociale-démocrate. Il est malin et bien plus intéressant que ce que les conservateurs ont à proposer. Néanmoins, Frank-Walter Steinmeier promet trop et trop vite : quatre millions d'emplois en dix ans, c'est un joli rêve. Mais si on parvient à en réaliser la moitié dans le même délai, ce sera un exploit.

Un lecteur bien disposé peut reconnaître dans ce plan des éléments d'une politique moderne en matière d'économie et d'emploi, estime la Frankfurter Rundschau. Mais pour gagner en crédibilité, il en faut davantage. Par exemple, renoncer aux petits jeux de chiffres totalement invraisemblables : Frank-Walter Steinmeier promet quatre millions d'emplois. Pourquoi pas deux millions, pourquoi pas huit ? Quels stratèges ont imaginé ce plan, s'interroge le journal ? Seraient-ce les mêmes qui ont jadis échafaudé le même genre de promesses intenables pour Gerhard Schröder, l'ancien chancelier ? Croient-ils vraiment que "les gens" ont oublié ?

in der Agentur für Arbeit in Leipzig

Pour l'instant, les queues s'allongent à l'Agence pour l'Emploi

Il est clair que Frank-Walter Steinmeier doit proposer quelque chose, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Relégué par les instituts de sondage à 25% d'intentions de vote, le candidat du SPD doit tenter une percée vigoureuse. Que lui reste-t-il d'ailleurs à part ça ? Steinmeier ne peut pas miser sur un événement international ou national qui pourrait faire tourner le vent à son avantage. Il n'a ni le flair ni l'absence de scrupules d'un Gerhard Schröder qui transformait toute chose en capital politique.

Ce plan est une tactique, analyse enfin la tageszeitung. L'objectif, lointain, de 2020 permet au SPD de mener une campagne en évitant de se confronter directement aux conservateurs. Frank-Walter Steinmeier ne peut pas attaquer de front la chancelière bien-aimée. D'ailleurs, il ne le veut pas, car la poursuite de la grande coalition est devenue la seule chance pour le SPD de rester au pouvoir. Parallèlement, le concept offre de nombreux points d'accroche pour une alliance avec les Verts et le Parti de Gauche, en cas de défaite électorale. Conclusion de la taz : le plan pour l'Allemagne de Steinmeier atteint donc de nombreux objectifs, sauf celui d'assurer une victoire aux élections.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !