Les Allemands et l′islam | Allemagne | DW | 03.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Les Allemands et l'islam

Les Allemands sont nettement plus intolérants envers les populations non-chrétiennes que leurs voisins. 40 % des personnes interrogées se sentent menacées par les cultures différentes de la leur.

default

C'est le résultat d'une enquête menée par l'Université de Münster, dans le Nord de l'Allemagne, pour le compte de l'Institut de sondage TNS Emnid. Elle a été menée dans cinq pays : l'Allemagne, le Danemark, la France, les Pays-Bas et le Portugal.

L'islam est trop souvent associé au fanatisme

Le constat n'est pas très reluisant pour les Allemands, comme le souligne Detlef Pollack, responsable de l'étude :

« Notre enquête a montré que les Allemands étaient plus intolérants envers les communautés religieuses non-chrétiennes que leurs voisins. Nous avons également constaté qu'ils étaient moins ouverts à la construction de mosquées et de minarets. »

Türkin mit Einbürgerungsurkunde, Einbürgerung von Ausländern

L'Allemagne compte à peu près quatre millions de musulmans

Selon l'enquête, les deux tiers des Allemands se méfient des musulmans. Seuls 5% d'entre eux considèrent l'islam comme une religion tolérante, contre plus de 20% des Danois, Français ou Néerlandais. Et pourtant, les Allemands sont d'avis que tous les croyants devraient pouvoir exercer sans problème leur religion :

« En fait, le résultat de notre étude est ambivalent : il y a d'un côté des préjugés envers l'islam, et de l'autre, un engagement en faveur de la justice et du respect mutuel. »

Toujours un écart entre l'Est et l'Ouest de l'Allemagne

Avec un écart entre l'ouest et l'est de l'Allemagne : 34 % des Allemands de l'Ouest ont une opinion positive de l'islam. Mais seulement 26% dans l'ex-RDA. C'est aux politiques de lutter contre les clichés, souligne Detlef Pollack :

« Nous avons constaté les faits. Les politiques seraient bien inspirés de les prendre en considération. Cela dit, la politique ne se fait pas seulement à l‘aide d'études. Il est important en général de s'engager pour une meilleure intégration des migrants. »

Il faut aussi peut-être tout simplement développer les contacts avec les populations issues de l'immigration. Seuls 16 % des Allemands de l'Est disent côtoyer des musulmans, contre 40% des Allemands de l'Ouest et 66% des Français.

Auteurs: Carine Debrabandère, Sabine Ripperberger
Edition : Mireille Dronne