1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les Allemands doivent-ils rester en Afghanistan?

A la Une des journaux allemands du jour : les enlèvements en Afghanistan et la victoire des islamistes aux législatives en Turquie. Mais le feuilleton du nucléaire allemand continue lui aussi de faire couler de l’encre.

Au nord, les barons de la drogue font leur loi. Au sud, les civils sont victimes des combats entre taliban et forces de la coalition.

Au nord, les barons de la drogue font leur loi. Au sud, les civils sont victimes des combats entre taliban et forces de la coalition.

La Tageszeitung consacre sa Une à la cacophonie qui règne depuis ce week-end au sein du parti conservateur allemand sur l’avenir du nucléaire, toujours dans la lignée des accidents qui se sont produits dans deux centrales la semaine dernière et qui ont conduit à la fermeture de l’une d’entre elle. Jusque là, le parti d’Angela Merkel a toujours promis, en cas de victoire aux prochaines élections, de revenir sur la loi d’abandon du nucléaire instaurée par l’ancienne coalition rouge-verte. Désormais, certains ténors de la CDU laissent entendre qu’on pourrait renoncer aux vieilles centrales au profit des plus modernes. Mais attention, prévient la taz, derrière ces voix discordantes se cache en réalité une tentative de remettre le nucléaire au goût du jour pour en assurer la survie.

Les autres grands quotidiens allemands sont partagés entre les deux grands sujets du jour, Afghanistan et Turquie. La Süddeutsche Zeitung et la Frankfurter Allgemeine Zeitung ont choisi de mettre en Une la victoire écrasante des islamistes turcs. En première page de la SZ, on peut voir une jeune femme déposer son bulletin dans l’urne. Le journal rappelle que les femmes ont été l’une des grandes cibles de la campagne de ces élections anticipées. La FAZ titre quant à elle sur le « triomphe » du Premier ministre turc Erdogan, dont le parti AKP obtient le meilleur score électoral jamais enregistré depuis 1953, avec une nette avance dans toutes les grandes villes, sauf à Izmir.

« Qui détient le deuxième otage allemand ? » s’interroge Die Welt. A l’heure de la mise sous presse, c’est en effet le flou le plus total sur l’enlèvement de deux Allemands en Afghanistan. Non seulement au sujet des circonstances de la mort du premier otage, mais également sur le sort du second. A l’instar du gouvernement allemand, le journal plaide pour le maintien des troupes de la Bundeswehr dans le pays, malgré les pressions exercées par les taliban ou autres bandes terroristes. Retirer précipitamment les soldats d’Afghanistan, écrit ainsi Die Welt, serait donner davantage de poids politique aux taliban et les aider à devenir les successeurs d’Al-Qaïda.

La présence des troupes étrangères est en partie responsable du chaos en Afghanistan, estime au contraire la Frankfurter Rundschau. Et les Allemands, mandatés à l’origine pour reconstruire le pays, sont également empêtrés dans la guerre contre le terrorisme. Selon le journal, la population afghane paie chèrement l’aide internationale. Dans le nord, les Allemands ne peuvent compter sur un calme relatif qu’en laissant libre cours aux barons de la drogue. Et dans le sud, les populations civiles souffrent de la double stratégie des belligérants : utilisés comme boucliers humains par les taliban, ils sont régulièrement atteints par les bombes des troupes de la coalition qui croient viser les insurgés.

  • Date 23.07.2007
  • Auteur Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2ft
  • Date 23.07.2007
  • Auteur Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2ft
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !