Les Africains ont la vie dure en Israël | International | DW | 25.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les Africains ont la vie dure en Israël

Ces dernières années, Israël est confronté à une immigration croissante. Fuyant des situations politiques et économiques difficiles, de plus en plus d'Africains notamment cherchent refuge dans l'Etat hébreu.

Réfugiés africains à Tel Aviv

Réfugiés africains à Tel Aviv

Israël refuse cependant aux non-juifs tout permis de séjour et n’en reconnaît qu’une infime partie comme ayant droit à l’asile selon les critères de la Convention des Nation unies sur les réfugiés. Le gouvernement israélien entend ainsi ne pas mettre en danger le caractère juif de l’État.

Manifestation contre la présence des immigrés

Mercredi soir (23 mai 2012), un millier d'habitants d'Hatikva, un quartier pauvre de Tel Aviv ont manifesté contre la présence d'immigrés africains. Des poubelles ont été incendiées, des vitrines brisées et un automobiliste africain violemment pris à partie.

Les manifestants ont crié des slogans, demandant l’expulsion de demandeurs d’asile et d’immigrants africains. Parmi les manifestants se trouvait même une députée du parti au pouvoir, le Likoud, Miri Regev. Selon elle, l’immigration serait un "cancer au sein de la société".

Straßen im Sinai

Une route dans les montagnes du Sinaï

Un vif débat s’est enflammé en Israël au sujet d'environ 60.000 migrants en provenance du Soudan, d’Érythrée et d’autres États africains. Passés par le Sinaï, ils sont entrés en Israël clandestinement après avoir franchi la frontière égyptienne. Des réfugiés qui ont un parcours difficile derrière eux.

Le ministre israélien de l’Intérieur Eli Yishaï affirme que la majorité de ces immigrants ne sont pas venus en Israël pour des raisons humanitaires, mais pour des raisons économiques. Eli Yishaï, chef du parti ultrareligieux Shass veut tous les expulser. Il l’a dit clairement à la Knesset, le parlement israélien :

« Aucun État au monde ne se soucie autant de la dignité humaine que l’État d’Israël. Mais presque chaque expulsion est stoppée par la Cour suprême. On n’avance pas. Aucun État normal au monde ne se conduit de la sorte ! Si on me donne tous les moyens sans exception, alors en l’espace d’un an il n’y aura plus aucun migrant en Israël. Avec l’aide de Dieu, nous préserverons l’identité d’Israël et le rêve d'Israël ! »

Israel Parlament Knesset

L'enceinte de la Knesset

Débat difficile

Le ministre de l’Intérieur assure que la majorité des Israéliens pensent comme lui. Eli Yishaï se sert de quelques cas de délinquance grave commis par des immigrants africains pour généraliser et accuser en bloc la plupart des Africains d’Israël d’être des criminels. Lors d’une visite du ministre dans une administration municipale du sud de Tel Aviv , une femme lui demande : « Avec vos paroles, est-ce que vous ne faîtes pas en fait une chasse à l’homme ? » Le ministre répond : « Écoutez, vous parlez d' une chasse à l’homme, oui il y a vraiment une chasse à l’homme. Mais c’est celle de ces envahisseurs contre des citoyens intègres. C’est à cette chasse-là que je veux mettre fin. »

Cependant, nombre d’Israéliens reprochent à des personnalités telles que le ministre d’envenimer le débat sur l’immigration. Certains suggèrent que l’on accorde un permis de travail aux réfugiés et des emplois légaux. Mais le ministre de l’Intérieur qualifie de telles idées de "bêtises" qui, selon lui, ne feraient qu’attirer encore plus d’immigrants. L’organisation extra-parlementaire israélienne "Chalom Akshav" (La Paix maintenant) a demandé au procureur général d’ouvrir une enquête contre le ministre de l’Intérieur pour incitation à la violence.

Auteurs : Torsten Teichmann, Philippe Pognan
Édition : Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !