Les étudiants québécois en colère | International | DW | 24.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les étudiants québécois en colère

La police a interpellé des centaines de personnes, après une nouvelle manifestation. Le gouvernement québécois se retrouve en difficulté face à la grogne des étudiants. Il se met à dos une partie de l'opinion publique.

Quelque 400 personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi à Montréal au terme d'une manifestation festive, mais déclarée illégale par les autorités. Les étudiants québécois sont engagés depuis plus de trois mois dans une vive contestation à la suite de la hausse des droits universitaires. Avec les manifestations successives, le gouvernement du Premier ministre provincial, Jean Charest, a fait adopter vendredi dernier une loi réduisant la liberté de manifester. Mais cela n'a pas permis de mettre fin aux mouvements de protestation.

En réalité, la crise étudiante cristallise la grogne sur plusieurs fronts. Jacques Hamel, sociologue à l'Université de Montréal, a déclaré à l'AFP que "les gens s'allient aux étudiants parce que le Premier ministre québécois Jean Charest a poussé le bouchon trop loin". Marcos Ancelovici, spécialiste de la jeunesse et des mouvements sociaux, n'est pas loin d'exprimer la même opinion. Pour lui, le gouvernement s'est tiré une balle dans le pied en faisant adopter vendredi dernier par le Parlement de la province, une loi restreignant la liberté de manifester.

Au début du conflit, Jean Charest très impopulaire après neuf ans au pouvoir, comptait faire remonter sa cote. Parce qu'une majorité de Québécois étaient pour la hausse des frais de scolarité. Mais, le conflit perdurant, sa cote n'a fait dégringoler.

Auteur : Kossivi Tiassou, avec AFP, Reuters
Edition : Anne Le Touzé

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !