L′enquête sur les biens mal aquis va enfin pouvoir s′ouvrir | Afrique | DW | 09.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'enquête sur les biens mal aquis va enfin pouvoir s'ouvrir

La Cour de cassation a annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris. Celui-ci déclarait irrecevable une plainte de l'ONG Transparency International sur l'origine de biens détenus en France par des chefs d'Etat africains.

default

Exemple pour Denis Sassou Nguesso: 24 propriétés et 112 comptes bancaires

Transparency international et plusieurs organisations de lutte contre la corruption soupçonnent des dirigeants africains et leurs proches d'avoir acquis de nombreux logements de luxe, des voitures et des avoirs bancaires, avec de l'argent public détourné . La décision de la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, vise principalement le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le clan Omar Bongo du Gabon.

Auteur: Louis Deubalbet
Edition: Konstanze von Kotze

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !