L′Eglise hausse le ton en République démocratique du Congo | Afrique | DW | 03.01.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Eglise hausse le ton en République démocratique du Congo

Après les manifestations violement réprimées, l'Eglise, très influente en RDC, a durement critiqué le gouvernement, parlant de "barbarie" à propos de la répression des dernières manifestations.

Écouter l'audio 02:03

"L'Eglise a un pouvoir très fort dans le pays" - (Fidel Bafilemba, analyste politique congolais)

Après les manifestations de dimanche dernier violement réprimées, l'Eglise donne à nouveau de la voix en République démocratique du Congo.  L'évêque de Kinshasa Laurent Monsengwo Pasinya parle de "barbarie" en évoquant la repression des forces de l'ordre.

Selon lui, "il est tenps que la vérité l'emporte sur le mensonge systémique". Il appelle à ce que "les médiocres dégagent et que règne la paix et la justice". Avant d'interroger : "Comment ferons-nous confiance à des dirigeants incapables de garantir la sécurité de la population ?"

Ainsi, le dialogue semble définitivement rompu avec le pouvoir. Alors que l'ONU fait état de 12 morts et de quelques 140 personnes arretées lors des manifestations, le porte parole de la police Congolaise refuse toujours de reconnaitre ce bilan. "Nous n'avons enregistré aucun cas de décès dans les lieux de culte ou paroisses impliqués dans ces tentatives de perturbation de l'ordre public", a répété le colonel Pirerrot Manamputu mardi avant de répéter que "cinq morts avaient été enregistrés". Face à lui la voix de l'Eglise pourrait compter fortement. 

Une Eglise qui fait peur au pouvoir

Son entrée en scène est d'ailleurs mal vue par le gouvernement de Joseph Kabila mais saluée par l'opposition. Est-ce à dire que l'Eglise fait peur au pouvoir en place ?

"Le christianisme et l'Eglise représentent envrion 85% de la population du pays, je ne connais donc aucune nation qui soit aussi croyante", explique Fidel Bafilemba, analyste politique congolais et précédemment chercheur à Enough Project.

Celui-ci estime que le pouvoir ne peut pas résister face à l'Eglise catholique. Face à l'affaiblissement de l'opposition, elle pourrait être une clé de la crise. 

"L'Eglise a un pouvoir économique, intellectuel et spirituel très fort dans le pays", estime Fidel Bafilemba. "Elle est parmi les seules institutions implantées dans tous les recoins de la République".

Il cite sa présence dans les écoles, dans les systèmes de communication et dans les structures sanitaires. "Cette Eglise est donc tellement forte, que si elle se rangeait derrière un leader, le pouvoir ne pourrait pas résister", conclut le spécialiste.

 

Vous pouvez écouter son interview en entier en cliquant sur la photo en haut de l'article.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !