1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'effet Martin Schulz fait "pschitt"

Mais où est passé la « Schulzmania » ? se demande ce lundi la presse allemande, après la lourde défaite du SPD de Martin Schulz aux élections régionales dans le Schleswig-Holstein.

Le SPD a perdu dimanche la direction du Land de Schleswig-Holstein. La victoire est revenue au parti CDU de la chancelière Angela Merkel, dans ce qui devait être un nouveau test grandeur nature avant les élections législatives de septembre. 

L’effet Schulz, c’est comme un ballon qui se dégonfle et c’est la photo à la Une de die tageszeitung. Martin Schulz devait être le sauveur du parti social-démocrate, lorsque le SPD l’avait désigné fin janvier pour être le candidat à la chancellerie en vue de détrôner Angela Merkel. Mais voilà que l'effet Martin Schulz fait "pschitt" dans le Schleswig-Holstein : 32% des voix pour la CDU contre 27% pour le SPD et son candidat sortant.

Au-delà de ce Land du nord de l’Allemagne, les résultats de chaque élection régionale sont vus comme un indicateur pour la grande élection de septembre. Le SPD avait déjà perdu son test lors du scrutin dans le petit Land de Sarre fin mars. Depuis sa nomination, "Martin Schulz a commis une erreur, note die tageszeitung. Celle de ne pas livrer de programme qui pourrait lancer des controverses. Il a fait des sourires au lieu de parler."

Le faible score de l’extrême droite

"La victoire de la CDU fait quelque peu sensation", commente de son côté la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui note néanmoins que ce qui s’est joué dimanche était avant tout une bataille locale. Et à la Süddeutsche Zeitung de rappeler qu’au niveau national, "le SPD est toujours à 30% d’intentions de vote pour les législatives de septembre, alors qu’il stagnait à 20% avant l’arrivée de Schulz". Mais il faut réagir vite. Dimanche prochain déjà, c’est dans le Land le plus peuplé d’Allemagne que les électeurs se prononceront. "Le SPD en Rhénanie-du-Nord-Westphalie a de quoi trembler, estime la SZ. Si le parti ne mobilise pas ses partisans pour ce scrutin, alors il n’y aura pas de chancelier nommé Schulz".

Die tageszeitung démarre son édito par ce constat. L'AfD n'a obtenu que 6% des voix, comme dans la Sarre, alors que le parti avait pris l’habitude de dépasser la barre des 10% un peu partout en Allemagne.  "L’AfD rétrécit comme une chemise qu’on lave à trop haute température".

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !