1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le travail périlleux de journaliste d'investigation

Ce qui est arrivé à la blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée lundi, peut frapper quiconque s'engage dans l'investigation. Avis de Moussa Aksar du Niger, lui-même cible de pressions à cause de son travail.

Écouter l'audio 02:06

"Quand vous dénoncez des puissants, vous n'êtes pas en sécurité" (Moussa Aksar)

Le travail d'investigation qui permet au public de s'informer de certains sujets sensibles comme ceux révélés par les "Panama Papers" se révèle souvent périlleux. La blogueuse maltaise anti-corruption Daphne Caruana Galizia en a payé le prix de sa vie. Celle qui est à l'origine d'accusations de corruption ayant poussé à des élections anticipées en juin sur l'archipel de Malte a été victime, lundi, d'une explosion de sa voiture.

Malta Bloggerin Daphne Caruana Galizia (Getty Images/AFP/M. Mirabelli)

La journaliste blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia a été tuée dans l'explosion de sa voiture lundi 16.10.17

Pour le fils de la victime, il y a un lien entre le travail de la journaliste et ce qui est considéré comme étant un assassinat. Daphne Caruana Galizia était membre du Consortium international des journalistes d'investigation. Le Nigérien Moussa Aksarest également membre de cette organisation qui compte plus de 200 journalistes dans 70 pays du monde. Dans une interview à la Deutsche Welle, il se dit touché par la mort d'une "consœur" mais il affiche sa détermination à braver les nombreuses pressions dont il est lui-même l'objet. 

Pour écouter Moussa Aksar, cliquez sur l'image principale de l'article !

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a fait part de son indignation sur Twitter, promettant une récompense de 20.000 euros pour toute information menant à la condamnation des assassins.

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat, cible régulière de la blogueuse maltaise assassinée, a dénoncé un acte "barbare" et demandé aux forces de l'ordre de concentrer toutes leurs ressources pour retrouver les meurtriers.

Pour l'ONG "Reporters sans frontières" (RSF), cet assassinat "fait plus penser à la Russie de Vladimir Poutine qu'à l'Union européenne", où les meurtres politiques ou mafieux de journalistes sont "rarissimes". Le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a évoqué un "acte horrible" et demandé à ce que "justice soit faite".

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !