Le ton monte entre Washington et Téhéran | International | DW | 29.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le ton monte entre Washington et Téhéran

Les Etats-Unis ont formellement averti l'Iran de s'abstenir de bloquer le détroit d'Ormuz, passage stratégique par lequel transite jusqu'à 40% du trafic maritime pétrolier mondial.

Der Persische Golf, die Straße von Hormus und der Golf von Oman in einer Satellitenaufnahme (undatiert). Der Iran hat mit einer Blockade von Öltransporten im Persischen Golf gedroht, falls die wegen des Atomstreits verhängten Sanktionen gegen das Land ausgeweitet werden sollten. Foto: NASA/The Visible Earth (zu dpa 0094 vom 28.12.2011; ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung bei Urhebernennung NASA)

Le détroit d'Ormuz serait facile à fermer selon les Iraniens

Il y a quelques jours, Téhéran avait menacé de fermer ce détroit au cas où de nouvelles sanctions occidentales seraient prises à son égard. Auparavant, les Etats- Unis comme l'Union européenne avaient annoncé de nouvelles mesures visant à limiter les exportations de pétrole et de gaz iraniens, en raison de son programme nucléaire militaire.

« La libre circulation de marchandises par le détroit d'Ormuz est d'une importance vitale pour les pays de la région comme pour la communauté internationale. Aucune perturbation du trafic maritime dans ce détroit ne sera tolérée », a affirmé George Little, un porte-parole du Pentagone. Même son de cloche au Département d'Etat.

Menace iranienne

Mardi, le premier vice-président iranien, Mohammad Reza Rahimi, a affirmé que si de nouvelles sanctions contre les exportations pétrolières de l'Iran étaient prises, « aucune goutte de pétrole ne transiterait par le détroit d'Ormuz ».

epa03044432 Iranian navy soldiers take part in a military exercise in the straight of Homruz in the Oman Sea, 28 December 2011. The armed forces have increased their maneuvers following renewed speculation about possible Israeli air strikes against the country's nuclear sites. Tehran has so far denied having any plans to close the Strait of Hormuz in the Persian Gulf, which is a vital transit route in the region for international oil exports, but threatened that it might become 'war-like' if the country was facing a 'war-like situation'. EPA/ALI MOHAMMADI / HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

La marine iranienne se tient prête à agir

Mais que se passerait- il exactement si l'Iran devait mettre sa menace à exécution et bloquait le passage pour tous les navires dans le détroit ? Car il faut savoir que non seulement l'Iran, mais aussi les autres pays du Golfe, comme l'Arabie Saoudite, le Koweït, l'Irak, le Qatar ou les Emirats arabes unis, exportent une partie de leur pétrole par ce détroit. A Washington l'ex-ambassadeur américain auprès des Nations unies John Bolton a déclaré :

« C'est un fait que cela ne durerait que deux à trois jours pour rouvrir le passage et les dégâts pour l'Iran ne se limiteraient pas seulement à ce que sa marine repose au fond de la mer... »

Grandes manoeuvres

Samedi dernier Téhéran a entamé de manière démonstrative dix jours de manoeuvres navales sur 2.000 kilomètres carrés, en mer d'Oman et dans l'Océan indien, dans la région du détroit d'Ormuz. James Marks, ex- général américain est cependant persuadé que l'Iran n'est pas en mesure de paralyser la circulation maritime dans le détroit d'Ormuz :

« Premièrement, les Américains ont une énorme présence dans la région depuis longtemps avec leur 5ème flotte et deuxièmement nous avons exercé tous les scénarios d'un blocage du détroit des milliers de fois déjà . »

La plupart des observateurs craignent moins une pénurie de pétrole pour la communauté internationale qu'une escalade entre l'Iran et les Etats-Unis et le risque d'un conflit.

CHABAHAR, Dec. 27, 2011 A soldier erects a flag of Iran on a submarine during Iranian naval maneuvers dubbed Velayat 90 on the Sea of Oman, Iran, Dec. 27, 2011. The Iranian Navy launched 10-day massive naval exercises in the international waters on Saturday. The naval drills, dubbed Velayat 90, cover an area of 2,000 km stretching from the east of the Strait of Hormuz in the Persian Gulf to the Gulf of Aden. (Xinhua/Stringer/Ali Mohammadi

Téhéran multiplie les manoeuvres dans le Détroit d'Ormuz

Ce jeudi, un avion iranien a « identifié un porte-avion américain dans la zone des manoeuvres où sont déployés des navires iraniens et a pris des photos et des films », a déclaré l'amiral Mahmoud Moussavi cité par l'agence officielle Irna. « Nous conseillons aux forces étrangères non régionales de prendre au sérieux nos avertissements » de ne pas entrer dans la zone des manoeuvres conformément aux règles internationales, a-t-il ajouté.

Ces derniers mois déjà les rapports entre Téhéran et Washington se sont encore détériorés. L'Iran s'est emparé d'un drone américain, Washington a accusé Téhéran d'avoir planifié un attentat sur un diplomate en poste aux Etats-Unis. Et le spectre d'un Iran doté bientôt de l'arme nucléaire demeure un sujet d'inquiétude en Amérique du Nord comme en Europe.

Auteur : Sabrina Fritz / Philippe Pognan
Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !