1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le suspect du meurtre de Mohamed Brahmi arrêté

Selon le ministère tunisien de l'Intérieur, trois personnes dont l'une est suspectée d'être impliquée dans l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi, ont été appréhendées par la police près de Tunis.

Il s'agit de la deuxième opération d'envergure menée par les forces de sécurité tunisiennes en une semaine. Déjà la semaine dernière, sept islamistes armés d'explosifs et arborant des vestes pour commettre des attentats suicides à la bombe avaient été abattus lors d'un raid de la police - dans le nord de Tunis - contre des activistes islamistes. Depuis les opérations pour dénicher les tueurs présumés de deux opposants se sont intensifiées. Pour l'instant le ministère de l'Intérieur n'a pas précisé quelle organisation était visée, mais le groupe Ansar al Charia semble être l'une des cibles des autorités tunisiennes. En 2012, des éléments appartenant au groupe terroriste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avaient réussi à investir l'ambassade des Etats-Unis à Tunis.

Le principal suspect surnommé : " le Somalien "

Aktion gegen militante Islamisten in Raoued Tunesien

Les islamistes s'étaient retranchés dans une maison

Le ministère de l'Intérieur n'a pas donné assez de détails sur l'identité des autres suspects dans l'affaire de l'opposant assassiné. Mais parmi les présumes assassins du député Mohamed Brahmi, figure Ahmed el-Melki, alias le Somalien. Ce dernier est considéré comme l'un des éléments-clés impliqués dans l'assassinat de M. Brahmi. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, l'arrestation d'Ahmed el-Melki est intervenue à l'issue de plusieurs échanges de tirs qui ont débouché sur la capture de quatre autres éléments du groupe terroriste.

Ressemblance des faits

L'annonce de l'arrestation de l'assassin présumé de Mohamed Brahmi intervient après celle, de la mort de Kamel Gadhgadhi, le tueur présumé de l'avocat et militant de gauche Chokri Belaïd. Kamel Gadhgahi a été tué lors d'une opération antiterroriste. Sa mort fait craindre aux proches et avocats de Chokri Belaïd qu'il soit désormais plus difficile d'identifier les responsables de l'assassinat de l'opposant. Pire, les familles des deux opposants tués accusent les autorités de tout faire pour d'entraver la poursuite de l'enquête. Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi ont tous deux été assassinés par balles devant leur domicile, respectivement le 6 février et le 25 juillet 2013.

Aucune revendication

Les meurtres des deux figures de l'opposition tunisienne ont été attribués par les autorités à Ansar Al Charia, même si le groupe terroriste ne les a jamais revendiqués pas plus que d'autres attaques armées. Par contre, le ministère de l'Intérieur et les responsables du parti islamiste Ennahda ont été directement pointés du doigt par les proches des deux opposants. Les deux opérations arrivent un an, presque jour pour jour, après le premier assassinat politique.

Tunesien Verfassungsgebende Versammlung

La nouvelle Constitution enfin adoptée

Vers la normalisation démocratique

Après plusieurs mois de blocage, une nouvelle Constitution a été adoptée. Elle devrait mener le pays vers des élections générales. Le parti islamiste Ennahda, arrivé en tête des premières élections après la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali, a finalement remis le pouvoir à un gouvernement d'apolitiques, au terme d'un accord âprement négocié et des mois de pourparlers pénibles.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !