1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Interview de la semaine

Le sultan des Bamouns au Cameroun

Les Bamouns sont un peuple qui vit dans l'ouest du Cameroun, à Foumban notamment, la capitale de leur royaume. Leur communauté s’articule autour de l’autorité de leur sultan. Explications des rites liés à ce chef.

default

Le palais du sultan

Traditionnellement, les Bamouns sont des artisans et des commerçants. A leur tête, ils ont un roi appelé sultan. C’est la fonction qu’occupe Hibrahim Bobo Ndjoya. Rabiatou Lini, représentante du sultan Ndjoya à Malabo, la capitale de Guinée équatoriale explique :

«Le peuple bamoun est dans une dynastie donc la succession va de père en fils selon le testament laissé par le défunt roi ,le sultan est le roi des Bamouns c’est-à-dire que tous les Bamouns lui sont soumis, doivent le servir, être toujours avec lui, c'est un chef traditionnel reconnu.»

Ne pas regarder le sultan dans les yeux

Les Bamouns ont des rites spécifiques dans leur rapport au roi et ses fils. Des règles strictes définissent la façon dont on doit se comporter en présence du sultan, comment on s’adresse à lui.

«Tu ne peux pas prendre la parole avant que le roi ne t’y 'autorise, tu ne peux pas tourner le dos au roi, tu n’as pas le droit de le regarder dans les yeux quand tu lui parles, il faut baisser la tête avec beaucoup de respect et, spontanément, beaucoup s’accroupissent avant de le saluer, avant de lui adresser la parole. Ce geste est censé démontrer à tous que c'est un roi. A la naissance des enfants, il y a aussi des rites. Dans la tradition bamoun, quand un enfant naît, la première des choses est que son papa le prend dans ses mains et lui donne un nom traditionnel, par exemple Ndjoya qui signifie « les gens me voient, tout ce que je fais les gens le voient». »

Frauen in Kamerun

Les femmes bamouns sont réputées pour leur élégance


Les Bamouns sont chrétiens ou musulmans et cohabitent sans problème grâce, expliquent-ils, à l’influence du sultan. Ils disent préfèrer le mariage traditionnel, car seul le mariage coutumier correspond à leur identité.

Maintenir la tradition coûte que coûte

Les Bamouns veillent à conserver ces valeurs culturelles traditionnelles, malgré la modernisation , les médias et internet …. Rabiatou Lini se réjouit de la persistance de traditions immuables, qui fondent l'identité de son peuple :

«Dieu merci le peuple bamoun garde sa tradition. Il y a la modernisation, il y a la télévision qui trompe tout le monde mais chaque fois que tu rencontreras une femme bamoun par exemple, tu la verras s’habiller décemment , avec le foulard attaché comme vous me voyez et le pagne. C'est ça qui donne d'abord l'identité de la femme bamoun.»

Au Cameroun, le sultan est en bonnes relations avec l’Etat central, comme en témoigne le siège de sénateur qu'occupe le sultan Hibrahim Bobo Ndjoya.

Audios et vidéos sur le sujet