Le scandale de la malbouffe | Allemagne | DW | 11.01.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Le scandale de la malbouffe

La découverte de dioxine dans l'alimentation secoue l'Allemagne et relance le débat sur la qualité de l'industrie agro-alimentaire.

ILLUSTRATION - Ein Warnschild mit der Aufschrift Dioxin steckt am Mittwoch (05.01.2011) in Schwerin in einem gekochten Frühstücksei (gestelltes Foto). Ein Dioxin-Alarm in der Landwirtschaft schreckt Bauern, Verbraucher und Behörden auf. Das gefährliche Gift lauerte in Viehfutter, das an Hunderte Höfe in mehreren Bundesländern verkauft wurde. Nach den Dioxinfunden in Eiern und Tierfutter geht heute die Suche nach belasteten Lebensmitteln in ganz Deutschland weiter. Foto: Jens Büttner dpa/lmv

La dioxine dans les oeufs remet le débat sur l'agriculture industrielle sur la table.

Des poulets en batterie aux immense élevages de porcs ou de bétail... la liste des pratiques agricoles sur la sellette est longue. Dans ces super-fermes, si l'on ose encore employer ce mot, les animaux sont engraissés le plus rapidement possible à coup d'alimentation artificelle importée. Et vu les quantités, il ne faut pas s'étonner d'y trouver de la dioxine, c'est en tout cas l'observation du ministre chargé de la défense des consommateurs du Land de Rhénanie-Westphalie, Johannes Remmel : "Ce sont des tonnes de fourrage qui ont été préparées. La question de l'intensité du contrôle dans ce domaine est posée, mais aussi de tout le système de la production agro-alimentaire industriel . Et à ce moment tout le système s'effondre...Il y a quelque chose qui ne va pas..."

Additifs alimentaires et bénéfices

Deutschland Lebensmittel Dioxin in Schweinefleisch

Toute la filière alimentaire est mise en cause et notamment les élevages de masse.

Au delà des produits toxiques et des pratiques criminelles, c'est la dérive même de cette agriculture industrielle qui est en cause. L'organisation mondiale de la santé, chiffre à 60% le nombre de décès dans le monde dus aux maladies non-transmissibles. Parmi celles-ci, le diabète en progression constante et les maladies cardio-vasculaires. Et au banc des accusés, la sédentarité, mais surtout la malbouffe, comme on dit, c'est à dire une consommation exaggérée de viande, de plats tout cuisinés et de fast-food. Une forme d'alimentation bon marché et pilotée par la politique et l'industrie estime Benedikt Haerlin, de la fondation pour l'avenir de l'Agriculture : "ce modèle ne vient pas des consommateurs mais en premiére ligne de l'agriculture mais de l'agriculture industrielle qui produit à très bas prix la base de notre alimentation. Toute la valeur ajoutée est ensuite réalisée en usine par l'ajouts d'aromes, de renforceurs de goût et autres. Et c'est ce modèle qu'il faut mettre en cause."Reste à savoir si les consommateurs sont prêts à mettre la main au porte-monnaie pour favoriser une agriculture plus naturelle et moins agressive pour la santé et l'environnement.

Auteur: Elisabeth Cadot/Helle Jeppesen
Edition: Aude Gensbittel

La rédaction vous recommande