1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Sénégal en campagne pour les législatives

La campagne pour les élections législatives s'est ouverte vendredi à minuit. Les formations politiques peaufinent leur stratégie pour ratisser large avant le jour du scrutin, le 1er juillet.

Elles sont plus d'une vingtaine de formations et coalitions de partis à descendre dans l'arène à la recherche d'électeurs potentiels. Comme lors de la présidentielle, de nombreux électeurs ont l'intention de participer au scrutin. C'est le cas de Cheikh, pêcheur de son état : "Nous sommes en démocratie, il faut montrer le chemin aux enfants. Aujourd'hui, ce sont les cartes d'électeur qui parlent. Et puis, nous voulons des gens qui tiennent leurs promesses électorales."

Espoirs de changement

Mbaye Mbengue est menuisier métallique. Il fera son choix en fonction des promesses des candidats. "Nous attendons la campagne pour nous décider, explique-t-il. De toute façon, nous avons nos cartes d'électeurs. En plus, nous sommes fatigués des députés qui ne représentent pas le peuple."

Scène de liesse populaire après la victoire de Macky Sall contre Abdoulaye Wade, le 25 mars

Scène de liesse populaire après la victoire de Macky Sall contre Abdoulaye Wade, le 25 mars

Adama Diallo est ménagère et cela fait des décennies qu'elle s'acquitte de son devoir civique. Mais elle est méfiante aussi quant à la représentativité réelle de l'Assemblée nationale, une fois les élus installés dans leur siège. "Nous avons toujours cette image en tête des députés qui applaudissent plus qu'ils ne défendent les intérêts des citoyens", confie-t-elle avant d'ajouter : "J'espère que cette fois-ci ça va changer".

Un test pour le nouveau président

Ces élections législatives seront déterminantes, notamment pour l'action de la coalition Benno Bokk Yakaar qui est au pouvoir. Mame Gor Ngom, journaliste et analyste politique, y voit un test pour Macky Sall, élu en janvier dernier à la présidence : "Je pense que ces législatives ont de grands enjeux parce qu'elles interviennent deux à trois mois après la chute du président Wade. Pour ces législatives, ce sera des élections de confirmation de ce qu'a voulu le peuple le 25 mars 2012."

Pour l'heure, il n'y a pas de véritable emballement autour des élections législatives, contrairement à la présidentielle. Du coté des formations politiques les préparatifs ne sont pas perceptibles.

Auteur : Babou Diallo (Dakar)
Edition : Sandrine Blanchard, Anne Le Touzé

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !