1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Sénégal dans l'attente des résultats

Au Sénégal, l'opposition accuse le pouvoir de fraude électorale. Faux rétorque, le pouvoir qui parle de mauvais perdants. L'ancien président Abdoulaye Wade accuse l'actuel président Macky Sall de saboter les élections.

Après une campagne électorale mouvementée, les Sénégalais ont voté ce dimanche. Dans la Loi électorale, le vote démarre à huit-heures. Mais dans beaucoup de centres électoraux, les bureaux ont ouvert avec une, deux et même plusieurs heures de retard. Au centre de vote Serigne Fallou Mbacké, l’opposition a noté des manquements. Mamadou Lamine Diallo, candidat en fait partie.  "Ce matin beaucoup de bureaux ont démarré avec du retard. Souvent, il n’y avait pas de président du bureau de vote, des assesseurs etc. Vous avez également un manque de bulletins. Donc beaucoup de disfonctionnements. Ensuite, sur le plan  technique, les listes ne sont affichées devant les bureaux de vote »

Au centre de vote Elimane, Niane du Sacré Cœur, certains électeurs n’ont pas voté. Une crainte pour Alioune Tall, représentant de la coalition dirigée par Khalifa Sall: "Nous avons des inquiétudes par rapport à la sincérité du scrutin parce qu’on ne peut pas comprendre qu’il y ait des gens régulièrement inscrits sur les listes et qui viennent pour voter. Une fois dans le bureau de vote, on leur dit que leur nom ne figure sur la liste alors qu’ils ont la carte d’identité biométrique par devers eux ».  

L'ancien président Abdoulaye Wade a voté à l’école Franco-Arabe du Point E à 14 heures. Face à la presse, il a déploré des insuffisances dans l’organisation: "mes bulletins n’existe pas ou existent insuffisamment. Mais le plus grave, c’est que dans une circonscription comme Touba, qui est l’une des plus grandes  villes, creuset d’électeurs dans le Sénégal, mes bulletins n’existent pas dans les bureaux de vote."

Jean Paul Dias, candidat met en garde le pouvoir contre toute tentative de fraude : "je souhaite que le pouvoir se comporte normalement et ne fasse pas de transfert d’électeurs. Que les choses se passent normalement, que le gouvernement respecte les sénégalais et les électeurs. A ce moment-là il n’y aura pas de problème."

Pour pape Maël Diop, partisan de Macky Sall,  l’opposition crie au scandale. Parce qu’elle est dans une mauvaise posture: "nous avons constaté que tout se passe normalement. A part que ceux sentent venir la défaite, sont en train de dire des choses qui ne sont pas vraies. Il n’y a pas eu de cars en provenance de Yeumbeul ou ailleurs. C’est des gens de notre commune qui sont en train de voter. Et ça se passe dans le calme et la sérénité." 

En fin de matinée, le taux de participation était de 20 pour cent. A vingt-trois heures, il est estimé à 54 pour cent, contre 32 pour cent en 2012.

 

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !