Le rêve de Martin Luther King | International | DW | 04.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le rêve de Martin Luther King

Le 4 avril 1968, Martin Luther King était abattu à Memphis. Cette icône de la lutte pacifique pour les droits civiques des Noirs américains revendiquait l'égalité avec les blancs à une époque de ségrégation raciale.

USA Alabama Martin Luther King (Getty Images/Keystone)

Martin Luther King

Il y a 50 ans, Martin Luther King était abattu à Memphis dans le Tennessee. C'était le 4 avril 1968. Martin Luther King était l'icône de la lutte pacifique pour les droits civiques des Noirs américains.

Son discours "I have a dream - je fais un rêve" est resté dans les mémoires. Un demi siècle après sa mort, que reste-t-il de l'héritage de Martin Luther King?

"Je fais un rêve"

Martin Luther King avait en effet un grand rêve :le rêve de voir les noirs et les blancs vivre pacifiquement et à égalité de droits. Avec ce rêve, il est entré dans l'histoire.

Plus de 250.000 personnes, y compris des blancs, ont suivi son discours à la "Marche sur Washington" pour le travail et la liberté, le 23 août 1963. Son but: renforcer les droits des noirs, les sensibiliser à leurs problèmes de la vie quotidienne, en pleine période de ségrégation raciale aux Etats-Unis.

Né le 15 janvier 1929 à Atlanta en Géorgie, fils de pasteur, Martin Luther King fait lui-même très tôt l'expérience du racisme. Excellent à l'école comme en théologie, il devient pasteur à seulement 17 ans.

Martin Luther King est très actif quand Rosa Parks refuse de céder sa place dans un bus à un homme blanc. C'est en 1955, à Montgomery, en Alabama. Après 380 jours de boycott contre la compagnie de bus, la ségrégation raciale est interdite dans les transports publics.

La non-violence comme moyen de combat

Il soutient également les "Freedom Rides" en Géorgie où les Noirs démontrent la force de la non-violence en petits groupes contre la ségrégation raciale dans l'espace public ; leur mobilisation aboutit à la loi sur les droits civiques qui prévoit une large égalité au niveau national. Prix Nobel de la paix, il organise en 1965 en Alabama, la "Marche de Selma" à Montgomery.

Yolanda Renee King (Getty Images/AFP/N. Kamm)

Yolanda Renee King lors de sa prise de parole le 24 mars 2018

Malgré les menaces et intimidations, Martin Luther King poursuit son combat jusqu'à son assassinat le 4 avril 1968 à Memphis par James Earl Ray. Il a alors 39 ans. Sa petite-fille, Yolanda Renee King, suit ses traces. Le 24 mars dernier à la "Marche pour nos vies" à Washington elle déclare :

"Mon grand-père rêvait que ses quatre petits enfants ne seraient pas jugés par la couleur de leur peau mais pour leur caractère.

J'ai rêvé que trop c'est trop et que le moment est venu pour un monde sans armes."

A neuf ans seulement, Yolanda s'exprimait ainsi non loin de l'endroit où son grand-père a prononcé son célèbre discours "I Have a Dream". Si Martin Luther King rêvait d'une coexistence plus juste des noirs et des blancs, elle rêve d'un monde sans armes. Nul doute que son grand-père aurait été fier d'elle.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !