1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le régime syrien en désintégration?

Le Conseil de sécurité de l'ONU a soutenu unanimement pour la première fois un plan de paix détaillé basé sur une transition politique. Le régime du président Bachar al Assad a réagi avec méfiance. Reportage

Damas a mené, il y a quelques jours, l'un de ses plus importants raids, principalement contre des civils dans la ville de Duma près de la capitale. Les observateurs de la crise syrienne y voient le signe d'un affaiblissement du régime.

Symbolbild Kampfjet Syrien

Un avion de combat de l'armée de l'air syrienne

Des cris de joie de combattants du régime Assad, tirant des coups de feu dans l'air. Une scène filmée dans laquelle on aparçoit aussi des soldats de l'armée régulière syrienne en fuite. La vidéo a été tournée il y a quelques jours. D'après des spécialistes il s'agit d'une vidéo authentique. Les soldats en fuite seraient membres d'une unité abandonnant ses positions dans un secteur proche de la ville de Hama. Une version démentie peu après par le gouvernement. Selon lui les soldats opéraient un repli stratégique.

Syrien Kämpfe zwischen IS und Rebellen bei Allepo

Les rues d'Alep, une ville en ruines

Quoi qu'il en soit, les insurgés se sont considérablement rapprochés ces derniers temps de la province de Latakia où se trouve le fief du clan Assad. Des membres de la communauté religieuse des Alaouites comme le président syrien. Dans la confusion qui règne dans le pays, il est difficile de savoir si le retrait des soldats loyalistes correspond à un recul devant l'ennemi, ou si c'est un véritable repli tactique comme le prétend Bachar Al Assad dans une de ses récentes déclarations:

"Nous devons identifier les régions qui nous sont importantes afin que nos forces puissent les tenir et les protéger contre un assaut de l'ennemi."

Une chose est sûre : le régime Assad a perdu de nombreux territoires. Cela s'explique en partie par l'attitude des puissances de la région telles que l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie. Elles se sont unanimement mises à l'écart ce qui met Bachar Al Assad en difficultés. Mais il y a une autre raison : le changement de ton au niveau de ceux qu'on pourrait appeler des "alliés traditionnels" de la Syrie.

Syrien Hama Zerstörung

Hama , une autre ville en ruines

La Russie a par exemple soutenu la résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU qui autorise l'envoi d'experts chargés d'enquêter sur des allégations d'usage d'armes chimiques par le régime. Et Moscou, à l'instar de Téhéran a exigé que la Syrie mette fin à ses offensives extra-territoriales.

Affaibli, le régime Assad ne peut plus compter non plus sur tous ses soutiens internes. Récemment un membre du clan a exécuté un officier de l'armée de l'air sur fond de colère contre le népotisme au sommet du pouvoir à Damas.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !