Le projet Nabucco peut démarrer | International | DW | 13.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le projet Nabucco peut démarrer

A Ankara, l'Autriche, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Turquie ont signé un accord sur la réalisation de ce gazoduc destiné à réduire la dépendance énergétique de l'Union européenne vis à vis de la Russie.

default

Le tracé du gazoduc qui devrait voir le jour en 2013

3300 kilomètres de long. 31 milliards de mètres cubes de gaz à partir de 2014. Nabucco est un projet gigantesque qui va enfin voir le jour après 7 ans de négociations. Les cinq pays partenaires ont donc signé un accord où ils s'engagent à ne jamais interrompre la réalisation de ce gazoduc.

Reinhard Mitschek Direktor des Pipeline-Projekts Nabucco

Reinhard Mitschek, le directeur du projet

Si l'Union européenne compte ainsi s'émanciper du gaz russe, la Turquie, elle a un tout autre objectif comme l'explique Fulya Ilbey, spécialiste de l'énergie dans la région:

«En plus, la Turquie va renforcer sa position dans la région et tirer les avantages de sa situation géographique - dans le sens où le pays fonctionne comme pont énergétique entre les consommateurs et les producteurs de gaz. Les Turcs et l'industrie turque seraient très contents si ce projet devenait réalité.»

Mirek Topolanek und Ferenc Gyurcsany bei Konferenz zu geplanter Nabucco-Pipeline in Budapest

Le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek et son homologue hongrois Ferenc Gyurcsany lors d'une conférence sur le projet

Au départ, la Turquie voulait garder 15% du gaz transporté par le tube pour ses propres besoins. Elle a fini par renoncer à cette exigence mais espère que sa position-clé dans ce projet facilitera son entrée dans l'Union européenne.

Il reste toutefois encore des questions en suspens, et notamment d'où proviendra le gaz: si le Turkménistan - qui dispose d'importants gisements - s'est déjà associé au projet, les Européens attendent que le Kazakhstan ou encore l'Ouzbékistan en fassent de même, et pourquoi pas aussi l'Iran et l'Egypte. Autre problème qui se pose: celui du financement qu'expose Fulya Ilbey:

«On estime à 8 milliards d'euros la somme nécessaire pour que le projet se concrétise. L'Union Européenne a déjà promis 250 millions d'euros. Je suppose que les cinq partenaires vont chercher des possibilités de financement dans le courant de cette année.»

Gazprom Hauptquartier in Moskau

Le géant russe finance en partie le projet South Stream

Deux banques européennes se sont en effet déclarées prêtes à financer le projet, la banque européenne d'investissement et la banque européenne pour la reconstruction et le développement. Mais le projet Nabucco risque de pâtir d'un autre projet financé par le géant russe Gazprom: le gazoduc South Stream qui doit relier la Russie à la Bulgarie par la Mer Noire.









  • Date 13.07.2009
  • Auteur Audrey Parmentier/Kilian Pfeffer/KvK
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/ImO9
  • Date 13.07.2009
  • Auteur Audrey Parmentier/Kilian Pfeffer/KvK
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/ImO9
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !