1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Le prix Sakharov attribué à deux opposants iraniens

Le prix Sakharov du Parlement européen a été attribué à deux iraniens: Le cinéaste Jafar Panahi et l' avocate Nasrin Sotoudeh ont été recompensés pour leur combat en faveur des droits et libertés.

Le cinéaste Jafar Panahi a réalisé de nombreux films, censurés par le gouvernement comme « le Cercle », qui dénonce la condition des femmes et la prostitution. En 2009, il est emprisonné et torturé pour avoir ouvertement manifesté son mécontentement après la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad. Libéré, il sera une nouvelle fois condamné en 2010 à 6 ans de prison et 20 ans d'interdiction d'exercer son métier.

Sacharow-Preis an Arabischen Frühling

Le prix sakharov 2011 avait été attribué à des activistes du "printemps arabe"

Malgré cela, dans la clandestinité il co-réalise le documentaire " Ceci n'est pas un film" dans le lequel il décrit sa situation. Ce film, dissimulé sur clé USB dans un gâteau parvient au festival de Cannes où il est projeté hors compétition. Dans le monde entier, le milieu artistique se soulève pour défendre le cinéaste. Depuis Jafar Panahi est l'une des bêtes noires du régime iranien.

Avocate des opposants

L'autre lauréate du prix Sakharov, l'avocate Nasrin Sotoudeh, est elle aussi dans le collimateur des autorités de Téhéran. Cette avocate de 49 ans a défendu plusieurs opposants au régime iranien comme la dissidente Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix.

Der Sacharow-Preis 2010 geht an den kubanischen Dissidenten Guillermo Fariñas

Guillermo Farinas, lauréat 2010, détenu à Cuba n'avait pas pu obtenir son prix

Elle purge actuellement une peine de 6 ans de prison pour propagande contre le régime. Elle a déjà effectué deux grèves de la faim pour protester contre ses conditions de détention. Le prix Sakarov salue donc le courage de deux opposants qui ne se "laissent pas intimider par le régime", a déclaré Martin Schultz, le président du Parlement européen. Rappellons-le, d'autres prisonniers d'opinion étaient en lice: les chanteuses du groupe punk russe les Pussy Riot et le dissident bélarusse Ales Beliatski.