1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Premier ministre libyen enlevé puis relâché

Ali Zeidan a été enlevé jeudi matin à Tripoli puis relâché quelques heures après par ses ravisseurs. Un enlèvement en représailles à la capture d'Abou Anas al-Libi par un commando de l'armée américaine.

Selon nos informations, Ali Zeidan a été enlevé jeudi au petit matin en plein centre de Tripoli, alors qu'il se trouvait à l'hôtel Corinthia, l'un des plus grands hôtels de la capitale. Le kidnapping aurait été mené par une vingtaine d'hommes visiblement bien armés. Le dispositif sécuritaire mis en place autour de cet hôtel en vue de protéger les hommes d'affaires, les diplomates et autres personnalités politiques libyennes n'a rien pu faire pour empêcher cet enlèvement. Et dès l'annonce par les medias libyens de l'enlèvement d'Ali Zeidan, une certaine panique s'est emparée de Tripoli. Plusieurs compagnies aériennes, notamment Alitalia et Lufthansa, ont pour leur part dû annuler leurs vols à destination de Tripoli. Quant au gouvernement libyen, à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire tenu jeudi matin, il a qualifié de criminel l'enlèvement de son Premier Ministre et exigé sa libération. Une libération obtenue quelques heures après mais dans des circonstances dont on sait très peu de choses. Si l'on s'en tient aux déclarations du porte-parole du gouvernement libyen, Mohamed Kaabar, le Premier ministre Ali Zeidan « a été libéré, et non pas relâché » par ses ravisseurs. Ce qui veut clairement dire qu'une opération armée a eu lieu en vue d'aboutir à cette libération.

Libyan armed guards stand outside the coutroom during the trial of Seif al-Islam, son of Libya's late dictator Moamer Kadhafi, for illegally trying to communicate with the outside world in June last year, on May 2, 2013 in the northwestern town of Zintan. Two lawyers, one named by the court, represented him as he faced the charge of undermining state security for meeting four envoys from the International Criminal Court. AFP PHOTO/MAHMUD TURKIA (Photo credit should read MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images)

En Libye, les milices continuent de dicter leurs lois

La Chambre des révolutionnaires

L’enlèvement d’Ali Zeidan a été revendiqué par un groupe baptisé la « Chambre des Révolutionnaires Libyens ». Mardi dernier, dans un communiqué, le groupe déclarait que pour faire face à l’insécurité actuelle et aux opérations des militaires étrangers en Libye, il avait mis en état d’alerte toutes ses forces avec pour consigne d’expulser les étrangers qui sont illégalement dans le pays. Ce communiqué évoquait également le complot de certains services de renseignements étrangers pour violer la souveraineté de la Libye, avant d’ajouter que toutes les personnes impliquées dans cette opération seraient poursuivies. Le groupe demande donc le retour en Libye d'Abou Anas al-Libi, ce responsable libyen d'Al-Qaïda enlevé samedi dernier à Tripoli par des agents américains pour son implication présumée dans les attentats de 1998 au Kenya et en Tanzanie.

La Libye, un pays dans le chaos

Pour Kader Abderrahim, spécialiste du Maghreb et de l'islamisme joint par la Deutsche Welle, « l'enlèvement d'Ali Zeidan est un message clair au gouvernement libyen et aux Etats-unis et il ne faudrait pas être surpris de voir ce groupe s'attaquer aux intérêts américains en Libye et dans la région. Cet enlèvement prouve une fois encore que les autorités libyennes n'ont aucun contrôle sur le pays et sur les groupes armés. La Libye est vraiment dans le chaos. J'y étais il y a quelques mois. Dans chaque région , il y a une milice et ce sont ces milices qui contrôlent, tout notamment des champs pétroliers. »

L'enlèvement et la libération d'Ali Zeidan interviennent alors que la Libye s'apprête à commémorer la chute il y a deux ans du régime de Mouarmmar Kadhafi et illustrent une fois de plus la situation explosive dans le pays.

Écouter l'audio 02:24

« En Libye règne le chaos et le pétrole est aux mains des milices, » selon Kader Abderrahim, spécialiste du Maghreb et de l’islamisme

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !