Le pouvoir syrien fait le choix du sang | International | DW | 26.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le pouvoir syrien fait le choix du sang

L’intervention de l’armée a fait lundi au moins 25 morts dans la ville de Deraa. L'envoi de chars et de milliers de soldats prouve que le pouvoir syrien a désormais choisi d'écraser la révolte.

Sur cette photo prise avec un téléphone portable des soldats mettent en place un barrage dans les faubourgs de Damas

Sur cette photo prise avec un téléphone portable, des soldats se positionnent dans les faubourgs de Damas

L'attaque de la ville de Derra prouve qu'il n'y a plus un seul doute sur ce point : le pouvoir syrien a tiré sa propre conclusion des révoltes tunisienne et égyptienne, à savoir que seule la force peut permettre à la famille Assad de se maintenir au pouvoir et prolonger un règne qui dure depuis quarante ans. Cette répression laisse aussi s'envoler l'espoir que le président Bachar el-Assad, qui a fait ses études en Angleterre et dont la femme possède un passeport britannique, puisse réformer l'état policier qu'il a hérité de son père.

Car aujourd'hui, Bachar el-Assad semble n'avoir plus le choix et sans doute ne contrôle-t-il déjà plus l'armée qui semble lui dicter ses actes. Une armée dominée par la communauté alaouite, une minorité musulmane chiite à laquelle appartient la famille Assad, et qui sait que son sort est lié à cette famille.

Le président Bachar el-Assad apparait de plus en plus incapable de contrôler les généraux syriens

Le président Bachar el-Assad apparait de plus en plus incapable de contrôler les généraux syriens

Mosaïque syrienne

Car contrairement à la Tunisie et l'Egypte, l'armée sait qu'elle ne peut se désolidariser du clan Assad. Pour la simple raison que les officiers sont en très grande majorité issue de cette communauté musulmane alaouite, alors que la population est à une écrasante majorité – près de 80% – de confession musulmane sunnite.

C'est d'ailleurs la complexité de la mosaïque syrienne qui rend les Occidentaux hésitants. Certes, les sanctions annoncées par les Etats-Unis et les Européens sont en train de se mettre en place car les atteintes aux droits humains sont trop flagrantes. Mais la chute de la famille Assad pourrait conduire à l'implosion d'un pays divisé en de multiples groupes ethniques et religieux. Un désordre qui pourrait alors se transmettre au Liban qui reste un pays satellite de Damas. Enfin – et ce n'est pas le moindre des soucis à Washington – les sanctions économiques risquent également de cabrer le régime syrien qui pourrait alors choisir de renforcer les liens déjà solides qu'il entretient avec l'Iran.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Maire-Ange Pieorron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !