Le pouvoir des mots | Vu d′Allemagne | DW | 02.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le pouvoir des mots

Les journaux allemands reviennent aujourd'hui sur le décès de Christa Wolf, célèbre écrivain allemand contemporain, ainsi que sur la crise avec l'Iran qui s'envenime.

default

L'égérie allemande du socialisme à visage humain vient de disparaître

La « Cassandre allemande » comme certains la surnommaient vient de disparaître et les hommages ne manquent pas. En témoigne Die Welt, qui consacre la première page de sa rubrique culturelle à une « femme de lettres de rang international issue de l'Allemagne socialiste ». Elle était devenue la représentante exemplaire de la littérature allemande d'après-guerre, même si la révélation de sa collaboration avec la STASI, la police politique de la RDA, a terni un temps sa réputation d'écrivain.

Die tageszeitung ouvre ses colonnes à de nombreux auteurs qui rendent un dernier hommage à celle qui a toujours voulu, tant dans son œuvre littéraire que dans son parcours personnel, changer et améliorer le monde dans lequel on vit. Et à ceux qui l'accusaient de manquer d'humour, le quotidien rappelle cette remarque lancée par Christa Wolf sur l'emblématique place berlinoise Alexanderplatz, le 4 novembre 1989, juste avant la chute du Mur : « Pour les cérémonies du 1er mai, je propose que ce soit cette fois le parti qui défile devant le peuple. »

Symbolbild EU Iran Krise

L'Iran contre le reste du monde

Le journal de Berlin revient aussi dans ses colonnes sur l'agravation de la crise avec l'Iran, au lendemain des nouvelles sanctions prises par les Européens contre Téhéran, et estime que les erreurs d'antan continuent. Ce qui fait dire à la Frankfurter Rundschau : le torchon brûle entre l'Iran et la communauté internationale. Mais les Israéliens savent pertinemment qu'une attaque des installations nucléaires iraniennes ne ferait que retarder les efforts des Iraniens de se doter de la bombe atomique. Pour autant, le monde n'a jamais été aussi prêt de voir se déclencher une guerre de grande ampleur. Il faut donc tout faire pour empêcher Israël de tirer le premier.

Brüssel EU Außenministerrat

L'Europe doit éviter le pire

Il est vain d'espérer apaiser définitivement les tensions avec l'Iran, analyse la Süddeutsche Zeitung. En raison des élections présidentielles de 2012, Barack Obama ne dispose que d'une très faible marge de manœuvre. Le régime iranien est paralysé par des luttes intestines pour le pouvoir, des tensions qui vont aller croissant dans le contexte des futurs scrutins législatifs et présidentiel prévus pour mars 2012. C'est pourquoi il faut surtout éviter l'alternative suivante : l'Iran et la bombe ou l'Iran sous les bombes. Outre des sanctions résolues contre Téhéran, l'Europe devrait exercer son influence sur Moscou et Pékin. Certes, cette stratégie n'a que de faibles chances de succès, mais de toutes les mauvaises options, c'est encore elle la meilleure, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Anne Le Touzé-Schmitz

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !