1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Le pouvoir allemand"

Chancelier pendant 16 ans. Chef du parti chrétien-démocrate pendant 25 ans. Les journaux allemand ont rendu hommage ce week-end à Helmut Kohl, disparu vendredi dernier à l’âge de 87 ans.

Il a été "l'architecte de la réunification allemande et l’un des grands européens". La presse, comme ici là Süddeutsche Zeitung, ne manque pas de superlatifs depuis vendredi pour rappeler qui était Helmut Kohl. Pour le journal de Munich, il était "le pouvoir allemand". Un homme venu de la province, qui pratiquait la politique à l’instinct, d’abord moqué par les intellectuels allemands. "Mais le chancelier, qu’on surnommait 'la poire', finira par ridiculiser tout ce monde avec sa réussite".

Helmut Kohl était également un recruteur hors norme. Il "n’aura cessé de rechercher de nouveaux talents, de les pousser, sans envier leurs succès".  Parmi ces talents, son héritière, Angela Merkel… "la fille et le vieux, il y en aurait assez pour écrire un roman":

Angela Merkel, elle, a porté la plume dans le livre de condoléances pour Helmut Kohl. C’est la photo en Une ce lundi de la Frankfruter Allgemeine Zeitung. Les temps ont bien changé, note le quotidien. "Le vent qui souffle sur la politique mondiale est moins conciliant qu’à l’époque de Kohl, plus nationaliste et porteur d’une lutte culturelle au moment de la confrontation avec l’islam."

Enfin, à noter la Une très controversée du quotidien die tageszeitung. Le journal de gauche a voulu ironiser en titrant sur "les paysages florissants" promis par Helmut Kohl à l’ex-Allemagne de l’Est au moment de la réunification. "Des paysages florissants", que die tageszeitung a choisi d'associer à une photo montrant des gerbes de fleurs. Un humour noir que tout le monde n’a pas apprécié.

Le rédacteur en chef a d’ailleurs fini par présenter ses excuses. "Une blague qui est mal interprétée par tant de monde, est mauvaise, dit-il. Notre Une devait être un hommage critique (…), elle a fini par être interprétée comme un manque de respect vis-à-vis de la mort d’un homme."

 

Métamorphose politique en France

Avec la disparition d’Helmut Kohl, on a également revu ce week-end la photo de l’ancien chancelier main dans la main avec François Mitterrand. L’ancien président français s’est certainement retourné dans sa tombe en voyant dimanche soir le résultat des élections législatives en France.

L’assemblée nationale est renouvelée à 75%, le parti du président Emmanuel Macron remporte largement la majorité absolue et les deux grands partis traditionnels, dont le Parti Socialiste, sont quasiment balayés. 29 sièges seulement pour le PS, quand la République En Marche en remporte 308 sur le 577.

Mais l’abstention record ternit cette victoire. Moins d’un électeur sur deux s’est déplacé. "Ce que veut le président, écrit la Süddeutsche Zeitung, est ce qu’il appelle une transformation, un réelle métamorphose, voire même une révolution. Il brûle d’impatience (…) mais le système électoral donne une vision biaisée de la réalité. Seule une minorité soutient le parti de Macron. Le mandat pour ses réformes, sans même parler de transformation, est fragile."

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !