1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Le portable de papy

Le secteur des nouvelles technologies fait de plus en plus appel à l’expertise de « testeurs du troisième âge » qui viennent vérifier l’adaptation des nouveaux produits à cette clientèle des « 60 ans et plus »

Les seniors veulent que leur portable serve avant tout... à téléphoner

Les seniors veulent que leur portable serve avant tout... à téléphoner

Dietrich Gohlke, ingénieur à la retraite âgé de 67 ans, fait partie depuis sept ans du « groupe de recherches des seniors » de l’université technique de Berlin. Un groupe d’une vingtaine de personnes qui ont entre de 60 et 97 ans et qui testent des produits en les mettant à l’épreuve des besoins spécifiques à cette classe d’âge. Tout y passe : lecteurs-enregistreurs de DVD, des machines à café, des appareils médicaux et bien sûr les téléphones portables. Et pour ces derniers, les soucis principaux ont trait aux touches qui sont trop petites ou encore à la mise en place d’une touche d’appelle d’urgence en cas de malaise ou d’accident.

Martin Cooper, l'inventeur du téléphone portable

Martin Cooper, l'inventeur du téléphone portable

Sebastian Glende dirige le groupe de recherches des seniors qui se rencontre environ une fois par mois à Berlin. Et selon lui, les seniors ne sont pas réfractaires à la technique. Au contraire, ils sont demandeurs de produits qui soient adaptés à leurs besoins quotidiens. Un paramètre que l’industrie a parfois du mal à prendre en compte. L’objectif est pourtant de pouvoir développer des produits qui vont venir combler un besoin spécifique aux seniors et pas leur compliquer la vie. Des fonctionnalités simples pour un marché aux potentialités énormes : si les seniors représentent un tiers de la population en Allemagne, ils pèsent pour plus de 50% du pouvoir d’achat.

Un reportage de Julien Mechaussie

La galère des couples mixtes

Alors qu'ils rêveraient d'un voyage de noces ou tout simplement d'une nouvelle vie à deux, les "couples mixtes" vivent avec la peur au ventre et doivent faire face aux tracas administratifs. La raison : ces couples composé d'un ressortissant national et d'un étranger sont souvent soupçonnés d'avoir contracté un mariage blanc. D'òù la lenteur voire la mauvaise volonté des autorités françaises pour délivrer des papiers au conjoint étranger. A tel point

Deutsch-polnisches Brautpaar in Hattingen, NRW (2007)

que se créent en France des collectifs de soutien à ces couples.

Un reportage à Paris.

Aux Pays-Bas, la suspicion est similaire. Les couples doivent justifier de leurs revenus et de leur maîtrise du néerlandais. Et en Belgique, les mariages qui durent moins de deux ans entraînent une annulation systématique des naturalisations.

Portrait : Andrei Pandele

A l'époque de la dictature de Ceaucescu, où la photographie était quasiment interdite, Andrei Pandele a continué à prendre des clichés de Bucarest.

Carnet de voyages

En Italie, en compagnie de deux jeunes photographes, lauréates de la bourse Lonely Planet : Anne Creusot et Lise Abitabile. Deux jeunes étudiantes en photographie oqui nt parcouru la côte italienne sur les

Castel dell'Ovo à Naples

Castel dell'Ovo à Naples

traces du cinéaste Pier Paolo Pasolini qui, en 1959, avait fait le même trajet et publié La longue route de sable.

Liens