1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Parlement européen veut lutter contre les "minerais de sang" en Afrique

Les eurodéputés veulent lutter contre l’exploitation des " "minerais de sang" qui financent les conflits en Afrique. Le Parlement européen a donné son feu vert pour une nouvelle règlementation.

En donnant leur accord, les députés européens veulent s'assurer d'un minimum de traçabilité de ces ressources. Mais Bruxelles veut surtout s'assurer que les règles d'exploitation sont respectées et que les ressources financières issues de ce commerce ne financent pas les conflits sur le continent. La décision du Parlement européen sera ainsi contraignante pour les entreprises importatrices de l'EU qui se trouvent au début de la chaîne de production, y compris les fonderies et les raffineries. Une décision largement saluée par Bady Baldé, directeur régional pour les pays francophones au Secrétariat international de l'Initiative pour la Transparence des Industries Extractives, une ONG basée à Oslo en Norvège: " en gros ce qui a été amélioré, c'est la loi adoptée en 2010 aux États-Unis sous la présidence de Barack Obama, qui avait imposée une traçabilité des minerais exploités dans une région à savoir la région des Grands Lacs. Cette fois-ci, il n' y a pas cette discrimination, ce qui signifie que toutes les compagnies doivent s'assurer d'une traçabilité pour tous les pays d'Afrique. Parce que pour nombre de ces pays, ce ne sont pas eux les criminels, ce sont ceux qui les anarquent aux alentours qui sont souvent concernés."

Konfliktfreie Kalimbi-Mine Kongo (DW/J. van Loon)

L'exploitation des mines alimentent les conflits en RDC

Un avertissement de l'UE

C'est un signal fort que les 28 viennent de donner aux entreprises européennes, même si la nouvelle règlementation sur les "minerais de sang" n'entrera en vigueur qu'en janvier 2021. Les minerais visés sont l’étain, l’or et le coltan, indispensables à la production d'objets comme les téléphones portables, les ordinateurs, les réfrigérateurs et les ampoules. Ces minerais sont essentiellement importés d'Afrique, notamment du sud et de l'est de la République démocratique du Congo, dans la région des Grands Lacs, où des groupes armés se disputent le contrôle des mines et où des enfants sont exploités. Et il n'y a pas qu'au Congo que les enfants sont exploités dans des mines.

Le cri d'alarme des ONG

Un rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW) avait recensé en 2011 qu'entre 20 000 et 40 000 enfants travaillent dans les mines d’or au Mali. Troisième producteur d’Afrique, ce pays exporte chaque année près de quatre tonnes d’or artisanal, vers la Suisse ou les Émirats arabes unis, le tout pour une valeur estimée à 218 millions de dollars, selon les chiffres officiels publiés par HRW.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !